Fnac : un chiffre d'affaires contrarié par la météo du mois d'avril

Nicolas Gary - 31.07.2015

Edition - Economie - Fnac - résultats - Alexandre Bompard


Les résultats financiers du groupe Fnac sont en léger recul, -0,7 %, pour ce premier semestre 2015. À 1,628 milliard €, soit 11 millions € de moins que l’année passée sur la même période, le groupe a passé un deuxième trimestre plus douloureux, avec un recul de 2 %, à 784 millions €. 

 

Alexandre Bompard - Prix Fnac BD 2015

Alexandre Bompard - ActuaLitté CC BY SA 2.0

 

 

Ce sont l’électronique grand public et le livre qui ont pénalisé le 2e trimestre de l’enseigne, qui invoque également un calendrier négatif – trop de congés en mai – ainsi que la pluie d’avril. Les « conditions météorologiques [furent] défavorables au trafic en magasins en avril. »

 

Toutefois, l’évolution des ventes en France est positive, avec une croissance de 0,4 % à magasins comparables, avec une part de marché qui « a continué à progresser ». 

 

Pour l’international, la péninsule ibérique reste stable, alors que le Portugal reste un marché aux résultats négatifs. Au Brésil, le résultat est passé de -10,1 % à -5,2 %. « Dans un environnement de consommation qui reste très dégradé, Fnac Brésil a bénéficié de son positionnement premium et de la bonne performance du canal internet. »

 

La Fnac évoque également des conditions de marché difficiles en Suisse, alors qu’une cinquième boutique devrait ouvrir. Pour la Belgique, l’enseigne bénéficie toujours « de la montée en puissance du site internet et du déploiement progressif des fonctionnalités omnicanales ».

 

« Sur l’ensemble du semestre, le canal internet affiche une croissance à deux chiffres en France et sur l’ensemble du Groupe. La contribution des marketplaces au volume d’affaires est en augmentation, elle atteint 17 % du volume d’affaires internet au 1er semestre. Les ventes omnicanales continuent à progresser très fortement. Elles ont représenté en 44,5 % des commandes de Fnac.com au 1er semestre 2015 contre 30 % au 1er semestre 2014. Le déploiement des fonctionnalités omnicanales se poursuit à l’international avec l’introduction du “click & mag” en Espagne à la fin du 2d trimestre, et l’introduction prochaine du relais colis magasin en Belgique. »

 

Alexandre Bompard, Président-Directeur Général de Fnac, explique que le premier semestre 2015 affiche « des résultats qui confirment la solidité de son modèle. La croissance des ventes en France avec un taux de marge brute stabilisé, dans des marchés difficiles caractérisés par une forte intensité promotionnelle, démontre une nouvelle fois la force de notre enseigne ». 

 

Et d’ajouter : « Ces résultats sont notamment dus à la contribution positive des leviers de transformation : croissance soutenue du canal internet, forte progression des ventes omnicanales, augmentation du poids des nouvelles familles de produits, poursuite de l’expansion sur les nouveaux formats. »

 

La trésorerie nette s’élève à 257 millions € au 30 juin 2015, en hausse de 60 millions par rapport à son niveau au 30 juin 2014. Le Cash Flow Libre opérationnel s’établit à -277 millions € au 1er semestre 2015 contre -272 millions € au 1er semestre 2014. (voir à cette adresse)


Pour approfondir

Editeur : Les Arènes
Genre : economie...
Total pages : 333
Traducteur :
ISBN : 9782352041276

La semaine où Jérôme Kerviel a failli faire sauter ...

de Le Bret Hugues

« Cet ouvrage est une affaire personnelle. Je n’ai demandé la permission à personne avant de le publier. Je n’aurais pas pu laisser l’histoire se terminer sans y apporter ma contribution. » Hugues Le Bret À l’époque de l’affaire Kerviel, Hugues Le Bret était l’un des adjoints de Daniel Bouton, le P. -D. G. de la Société Générale. Le livre commence le dimanche 20 janvier 2008 quand un gouffre s’ouvre sous les pieds des dirigeants de la Générale. Ils apprennent qu’un jeune trader a engagé la signature de la banque pour 50 milliards d’euros. Si l’information « fuite », ce sera la panique. Le système financier mondial peut s’écrouler en quelques heures. L’auteur ne cache rien de la violence des émotions éprouvées. Les caractères se révèlent, les dialogues fusent. Daniel Bouton, Christine Lagarde, Michel Pébereau ( président de BNP Paribas ), Nicolas Sarkozy… Jamais cet éclairage n’avait été donné. Pendant des mois, les grands fauves de la politique et de la banque se déchirent. Certains dirigeants craquent sous la pression, mais la banque sera sauvée. C’est le livre d’un banquier au cœur de l’action et non une enquête de journaliste ou un précis d’économiste. Il se lit d’une traite. Il sonne juste, comme une histoire folle où tout est vrai, hélas.

J'achète ce livre grand format à 20 €

J'achète ce livre numérique à 7.49 €