Hachette Livre : résultats en recul, mais la France limite la casse

Cécile Mazin - 31.07.2015

Edition - Economie - premier semestre 2015 - Hachette Livre - groupe Lagardère


Affichant un résultat pour le premier semestre 2015 de 3,304 milliards €, le groupe Lagardère voit son chiffre d’affaires augmenter de 2,9 %, à données comparables. Du côté de Lagardère Publishing, le groupe Hachette Livre, le résultat opérationnel est en contraction de - 14 millions € lié à la baisse d’activité, aux États-Unis, notamment.

 

Immeuble groupe Hachette Livre

ActuaLitté CC BY SA 2.0

 

 

Lagardère Publishing affiche 968 millions € de chiffre d’affaires pour ce premier semestre 2015, contre 903 millions € sur la même période de 2014. Le 2e trimestre représente 547 millions € contre 510 millions € en 2014. La variation en données brutes est de + 7,1 %, mais, en données comparables, le S1 affiche - 2,9 % et le T2 - 3,4 %.

 

L’explication de cet écart est à chercher par des effets de change positifs, mais le groupe s’attendait à une variation de l’activité, vers le négatif. L’effet de comparaison est défavorable avec le S1 de 2014, « qui n’a pas été compensée par le haut niveau de l’activité en France ». 

 

Pour la France, la croissance est de + 3 % avec plusieurs gros succès de ventes comme L’homme qui ment, de Marc Lavoine, Hippocrate aux enfers, de Michel Cymes, Vernon Subutex, de Virginie Despentes. Le Livre de Poche s’est envolé avec la trilogie Fifty Shades of Grey et l’illustré se maintient très bien avec le succès des livres de coloriages pour adultes.

 

En revanche, USA et UK sont en recul de - 7,8 % et - 3,5 %. Pour les États-Unis, le groupe explique que le semestre 1 avait été particulièrement fort, notamment avec The Silkworm de Robert Galbraith et The Goldfinch de Donna Tartt. En parallèle, le chiffre d’affaires du numérique accuse également un recul.

 

Le CA de l’ebook passe de 11,3 % pour le S1 de 2014 à 10,7 % pour le S1 de 2015. Et de toute manière, les territoires anglo-saxons restent privilégiés. 

 

Aux États-Unis, dans un marché du numérique en déclin (ralentissement observé depuis début 2014), le chiffre d’affaires du livre numérique est en baisse (24 % du chiffre d’affaires Trade contre 29 % à fin juin 2014), compte tenu d’un programme de nouveautés moins fort et de la mise en œuvre de l’accord avec Amazon.

 

Au Royaume-Uni, dans un marché en stabilisation et marqué par une hausse du taux de TVA au 1er janvier 2015, le livre numérique représente 33 % du chiffre d’affaires Adult Trade, contre 36 % à fin juin 2014.