medias

Retirer la protection de Saviano serait “gravissime” (Antoine Gallimard)

Nicolas Gary - 22.06.2018

Edition - International - Roberto Saviano mafia - Matteo Salvini mafia - protection Etat Saviano


Le romancier originaire de Naples, Roberto Saviano, a cru pouvoir d’un livre ouvrir les yeux de ses concitoyens. Et, par conséquent, tenter de faire chavirer la mafia locale, la Camorra. L’implantation de l’organisation criminelle est cependant telle que rien n’a changé – les citoyens avaient-ils le choix ? 


Roberto Saviano à Turin
Roberto Saviano - ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

 

Depuis des années, Saviano dispose d’une escorte qui le protège : la mafia entend se débarrasser de l’écrivain, sans avoir officialisé la mise à mort. Reste que Roberto Saviano ne sort aujourd’hui plus sans des gardes du corps, que l’État italien prend en charge économiquement. 

 

Tout cela était institué, et il a fallu que Matteo Salvini, leader de l’extrême droite italienne – la Ligue du Nord — devenu ministre de l’Intérieur, revienne sur le sujet. « En ce qui concerne l’escorte de Roberto Saviano, les institutions compétentes devront déterminer s’il court un risque, parce que je pense qu’il passe beaucoup de temps à l’étranger », a-t-il indiqué sur le chaîne Rai 3.

 

Mais ce premier tir du sniper Salvini s’est accompagné d’une seconde charge : « Roberto Saviano est le moindre de mes problèmes. Il est juste d’évaluer comment les Italiens dépensent leur argent. » Préserver la protection dont le romancier et journaliste est donc joyeusement remis en cause. 

 

Vulgaire tentative de museler Saviano
 

Le magistrat Pietro Grassi a rapidement réagi, pour tenter de nuancer le propos : « Nous devons choisir quelle position adopter : avec Saviano ou avec Salvini. Salvini est le ministre de l’Intérieur, et, précisément dans ce ministère, on décide de qui devrait être protégé par l’État. Avec de pareils propos, il veut faire comprendre à Saviano de ne pas le critiquer, de se taire, sinon il peut intervenir pour le laisser sans protection contre la Camorra. Elle qui le veut mort depuis des années pour ses enquêtes, alors qu’il est devenu un symbole de la lutte contre les mafias. »

 

Un pouvoir que Salvini entend donc démontrer, et qui a reçu un soutien de la part des membres de son parti. 

 

“Bouffon”
 

Mais l’auteur de Gomorra n’a pas tardé à répondre, dans une vidéo diffusée sur Facebook. « Et selon toi, Salvini, ça me plaît de vivre de la sorte depuis 11 ans ? Depuis plus de 11 ans ? J’ai une escorte depuis que j’ai 26 ans, mais tu penses être en mesure de me menacer, de m’intimider ? Durant ces années, j’ai subi une énorme pression, celle du clan Casalesi, la pression des narcotrafiquants mexicains. J’ai plus peur de vivre comme ça que de mourir de la sorte. Et ainsi, tu crois que, moi, je puisse avoir peur de toi ? Bouffon... »

 

 

 

Il continue, pied à pied : « Salvini est maintenant définissable comme un ministre de la pègre, un terme inventé par Gaetano Salvemini. Salvini est un élu de Calabre. Au cours de son meeting, Rosarno était au premier rang. Il y avait des hommes de la famille Pesce, famille historiquement liée à la ‘Ndrangheta [mafia calabraise, NdR], et associée à la famille Bellocco, puissante organisation de trafiquants de drogue. Et lui n’a rien dit : ce couard n’a jamais rien dit contre la ‘Ndrangheta. »

 

Et se référant à de vieilles histoires, il note que des liens existent entre eux, puisque la Ligue du Nord, le parti de Salvini, a été accusée de faire du blanchiment d’argent pour la ‘Ndrangheta. 

 

Visages de Scampia :
dans le terrible bas-fond de Naples, l'espoir

 

On se souviendra que la vie de Saviano avait en effet été lourdement impactée par cette présence policière : en 2008, il avait ainsi expliqué qu’aucune agence immobilière n’acceptait de lui louer un appartement. « Ils m’ont dit qu’avec lui, c’en serait fini de leur tranquillité, que s’il arrivait quelque chose à un enfant, j’en serais la responsable », assurait une propriétaire à l’époque. 

 

Le conflit entre les deux hommes ne date cependant pas d’hier : en juin 2017, Saviano comptait parmi les signataires en faveur d’une loi offrant le droit du sol pour tout enfant né sur le territoire italien. Une position que Salvini, leader de l’extrême droite, ne partageait pas vraiment...

 

Une protection indispensable


Joint par ActuaLitté, Antoine Gallimard, éditeur en France des livres de Roberto Saviano, regrette « que l’on puisse ne serait-ce qu’envisager de prendre une pareille mesure. Cette protection est indispensable pour lui : cet écrivain s’est montré extrêmement courageux, et compte parmi les rares à avoir une parole libre ».

 

À la rentrée, sortira aux éditions Gallimard Piranhas, traduit par Vincent Raynaud. Le livre raconte, à Naples, comment Nicolas, avec ses amis, est totalement fasciné par la violence et la criminalité ambiante. Leurs modèles sont les mafieux et les super héros, et ils ne respectent que l’argent et le pouvoir qui en découlent. Ils vont d’ailleurs faire justice, en menant des représailles contre un imprudent : sur Facebook, ce garçon a liké le post de la copine de Nicolas... 

 

« Quand on lit les écrits de Roberto, on se dit qu’il est impensable de faire prendre un pareil risque à cet homme. L’idée même du ministre de l’Intérieur italien est absolument anormale. Il serait gravissime qu’il mette cela en application, en fait. D’ailleurs, on peut effectivement considérer qu’il s’agisse là d’une tentative d’intimidation de la part de Matteo Salvini », poursuit Antoine Gallimard.

 

« Une telle mesure menace directement la liberté d’expression, aussi, oui, je condamne bien évidemment ce choix. Or, on connaît les relations un peu complexes, pour ne pas dire parfois incestueuses, entre certains hommes politiques en Italie. »




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.