Révolte à l'Imprimerie nationale : bavure ou biffure

Clément Solym - 07.02.2008

Edition - Société - Imprimerie - nationale - séquestrer


Le médiateur tant attendu par les salariés pour entamer des négociations sérieuses sur le devenir de l'Imprimerie nationale doit se sentir certes flatté d'avoir été choisi pour cette mission, mais se ronger le poing de l'avoir acceptée.

On apprend d'un peu partout que pour s'assure « le respect des engagements de l'État », le médiateur, en la personne de François Hallais s'est retrouvé prisonnier des grévistes entre 15h et 23h hier.

Une séquestration propre, sans violences inutiles qui est intervenue alors qu'un bavard impénitent, le Secretaire d'État, Hervé Novelli, a assuré que les contrats qui engageaient l'Imprimerie et l'État seraient honorés. Coup de grisou absolu qui a fait s'écrouler la compréhension des salariés.

D'une part pour Bercy, une cellule de reclassement s'occupera de chaque employé touché par le plan social, mais les syndicats pour leur part avaient entendu que ces salariés percevraient 75 % de leur salaire. Et ce, sans limite de temps, jusqu'à ce qu'ils soient reclassés, ainsi que les dirigeants s'y étaient engagés.

Mais leur salaire plus conséquent que dans le public rend la tâche ardue. Par ailleurs, on ne rêve plus d'une reprise par un autre groupe, surtout si l'on pense au cas d'Istra, mise en faillite récemment. « On a de bonnes machines, des gens qui ont de l'expérience. Mais dans quelques années, c'en sera fini de l'Imprimerie nationale », commente Alain Girbal, employé ici de père en fils...


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.