Révolté plutôt qu'indigné, l'auteur jeunesse Mario Ramos est mort

Clément Solym - 18.12.2012

Edition - International - Décès - Auteur - Illustrateur


L'auteur et illustrateur bruxellois, Mario Ramos, est décédé à l'âge de 54 ans. Après avoir versé dans l'illustration de presse, d'affiches, de couvertures et autres dessins publicitaires, la création de livres dédiés à la jeunesse était devenue sa principale activité. Il laisse derrière lui de nombreux personnages qui font rêver les enfants, des cochons représentant les travailleurs de la finance aux loups pas si cruels, sans oublier un roi trônant majestueusement sur le pot.

 

 

 

 

Mario Ramos est né en 1958, à Bruxelles. Fils d'une mère belge et d'un père portugais, c'est très jeune qu'il s'est passionné pour le dessin, inspiré notamment par les films de Charlie Chaplin et les albums de Tintin.

 

Ce fut ensuite en suivant des études supérieures de communication graphique, qu'il fut touché par les coups de crayon d'artistes comme Saul Steinberg et Tomi Ungerer.

 

Devenu dessinateur professionnel en 1983, ce n'est qu'en 1995 que le Belge publia son premier ouvrage (texte et dessin) : Le monde à l'envers, aux éditions Pastel, maison bruxelloise créée avec l'Ecole des Loisirs.

 

Pour Mario Ramos, le métier de dessinateur n'était « pas sérieux ». Mais il estimait qu'il s'y attelait néanmoins « avec tout le sérieux qu'il nécessite ».

 

La Charte a également tenu à rendre hommage à l'auteur : 

 

C'est un coup de massue, ta disparition. Celle d'un garçon, tant tu étais juvénile, l'œil rieur, l'humour toujours à fleur de peau. Concerné, aussi. Révolté plutôt qu'indigné. Généreux dans l'amitié. Et tes albums, au dessin si juste et si tendre : des histoires toute simples, à belle hauteur d'enfance, des albums pour faire peur et pour faire rire, des albums pour apprivoiser les petites misères et les grands chagrins…

Des albums à tenir très fort entre ses bras, comme on voudrait tant pouvoir le faire avec toi, Mario, parce que ce chagrin-là, il ne passe pas, il nous laisse sans voix, et c'est trop tôt, trop dur pour les souvenirs. Nous pensons à Andréa, à Tania, et nous mêlons nos larmes à leurs larmes. Et aussi, nous pensons à toi, Mario, où que tu sois.

 

 Et son éditeur, l'Ecole des loisirs, a également publié un communiqué

“Le petit Guili était curieux de tout et n'avait peur de rien. Il aimait faire rire ses amis.”
Mario Ramos, Le petit Guili

Mario Ramos aimait tant nous faire rire dans ses livres. Il prenait un soin et une attention passionnée à raconter des histoires aux enfants. Leur donner les moyens pour se défendre face aux plus forts, pour se construire.

Mario était curieux de tout, généreux, talentueux et très fidèle.

Ses loups, cochons, singes, crocodiles et autres petits lardons sont chargés de toutes les émotions.

Chaque rencontre lui tenait à cœur, “Faire rire et réfléchir les petits et les grands est la plus belle récompense pour un auteur.”

 

Mario nous a quittés dimanche 16 décembre.

Il va nous manquer énormément.

Toute l'équipe de Pastel, Bruxelles, et de l'école des loisirs

 

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.