Rithy Panh raconte la machine de mort des Khmers

Clément Solym - 13.01.2012

Edition - Société - Rithy Panh - Khmers - témoignage


Survivant des massacres perpétrés durant la période du génocide organisé par les Khmers rouges, Rithy Panh devient tout à la fois réalisateur et auteur, en sortant Duch, le maître des Forges de l'enfer, ainsi que L'élimination. 

 

Cet ouvrage, cosigné avec Christophe Bataille, à sortir le 14 janvier, l'homme, qui a migré en France à l'âge de 18 ans, se souvient des horreurs et des massacres, qui ont causé la mort de 1,8 million de morts.  

« À douze ans, je perds toute ma famille en quelques semaines. Mon grand frère, parti seul à pied vers notre maison de Phnom Penh. Mon beau-frère médecin, exécuté au bord de la route. Mon père, qui décide de ne plus s'alimenter. Ma mère, qui s'allonge à l'hôpital de Mong, dans le lit où vient de mourir une de ses filles. Mes nièces et mes neveux. Tous emportés par la cruauté et la folie khmère rouge. J'étais sans famille. J'étais sans nom. J'étais sans visage. Ainsi, je suis resté vivant, car je n'étais plus rien. »

 

 Le film, pour sa part, ne devait pas voir le jour. « Au départ je ne voulais pas faire ce film, je trouvais que S-21 suffisait : j'étais intéressé par la captation du procès, mais je me suis heurté à la bureaucratie internationale » de l'ONU, explique-t-il à l'AFP.

 

 

Rithy Panh estime surtout que le tribunal a avant tout servi de tribune aux accusés. « Ce sont eux qui vont écrire l'histoire. Mais j'ai réfléchi, moi aussi, à comment écrire notre histoire. » 

 

Sa question est alors de savoir comment le choix de devenir bourreau, et pas un bourreau silencieux, s'effectue dans la tête d'un humain. S-21 fut la prison où Duch, son patron, exécuta massivement les Cambodgiens.

 

Officiellement, 12.380 personnes Y sont mortes. « Les Khmers rouges n'ont pas tout brisé. Mais nous devons réapprendre. C'est le silence qui blesse »,  conclut-il. Avec la ferme intention de rompre ce silence, au travers tant du reportage que de son livre. 

 

Un Bourreau, Duch, qui assure n'avoir vécu que dans le silence, n'avoir jamais entendu les cris des suppliciés ni des hommes que l'on pouvait tuer. Et surtout, qui nie son rôle et le pouvoir qu'il avait dans le cadre de S-21. Seul aveu véritable : personne ne sortait vivant de cette prison, après y être entré. 

 

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.