Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Robert Munsch : "Oui, je suis toxicomane, mais je me soigne"

Nicolas Gary - 24.01.2014

Edition - International - Roberty Munsch - toxicomanie - cure de désintox


S'il faut imaginer Sisyphe heureux, alors on peut également imaginer Robert Munsch en toxicomane repenti, et heureux d'être repenti. Cet auteur de livres pour les enfants ne regrette absolument pas d'avoir avoué qu'il était toxicomane, voilà maintenant quatre ans. Car il se soigne, continue d'avoir une activité importante. 

 

 

 

 

« Quatre ou cinq fois par semaine, je vais à la réunion du matin, des Toxicomanes anonymes, parce que je suis addict et que je ne veux pas être un consommateur actif. Dans l'après-midi, j'écris et je promène mon chien. Je le balade loin de la ville, sans sa laisse, et nous allons parcourir les bois. C'est fou. » 

 

Voilà plusieurs années, l'auteur avait ouvertement révélé qu'il était diagnostiqué dépressif compulsionnel et maniaque obsessionnel. Une révélation faite sur son site internet, alors que ses proches lui avaient fermement conseillé de ne pas en parler. Cela faisait partie de sa volonté de décrocher, et de ne pas se retrouver un jour dans un hôtel, découvert par les membres du personnel. 

 

Au moment de cette révélation, il avait dit au cours d'une interview qu'il en était à quatre mois de sevrage de la cocaïne et de l'alcool. Un choc pour les parents. 

 

Durant une dizaine d'années, avouait-il, il avalait des pilules régulièrement. « Je prends du lithium pour faire cesser mes sautes d'humeur, et sans, je suis une véritable épave », reconnaît-il. On a presque du mal à croire que cet auteur, traduit en français, a vendu des dizaines de millions d'exemplaires de ses livres. Mais avec l'âge, l'endurance s'amenuise : finis les 50 présentations par ans et les tournées promotionnelles - surtout après celle qui, en 2008, l'avait empêché de parler durant deux jours.

 

« Je n'ai jamais récupéré toute mon aisance, celle d'avant le blocage, et c'est ce qui se remarque le plus quand je raconte des histoires, et que je les raconte devant un auditoire. » Prochainement, il interviendra dans le cadre de la Journée d'alphabétisation, qui se déroule à l'Ontario Science Centre for Family Literacy Day on Sunday. 

 

Parmi ses conseils, avisés, aux parents d'aujourd'hui, quelque chose de très simple : passer 20 minutes, tous les jours, à lire une histoire à ses enfants, au moment où ils vont se coucher. Et leur raconter deux livres amusants. Et en plus de cela, pour lutter contre le dégoût de la lecture, les intéresser à tout ce qui peut les entourer.

 

 via Canada

  

Les livres de Robert Munsch, sur Chapitre.com