medias

Roberto Saviano : “La réalité est souvent même pire que Gomorra”

Nicolas Gary - 25.07.2020

Edition - International - Gomorra Saviano policiers - Italie corruption carabiniers - police justice argent


Coup de tonnerre en Italie : en fin de semaine, six gendarmes ont été arrêtés et quatre autres font l’objet de mesures conservatoires. Douze autres personnes sont impliquées dans une enquête qui ressemble au démantèlement d’une micro-organisation criminelle. Problème : cela concerne directement la caserne de Levante à Plaisance – chef-lieu de la province, en Émile Romagne. 


 

Évidemment, quand on parle de mafia, l’ombre de Roberto Saviano plane. À Plaisance, toute une pyramide de criminalité vient d’être mise au jour : les policiers auraient procédé à des arrestations illégales, facilité l’organisation de soirées où la drogue circulait durant le confinement – ou encore aidé des trafiquants à faire circuler leur marchandise. Et certains planquaient même la drogue directement chez eux…

Ce ne sont, hélas !, là que certains des éléments ayant fuité dans la presse : les carabinieri qui régnaient sur la ville disposaient de poste d’observation et d’intervention privilégiés. Le tout avec l’accord sinon direct, du moins tacite, de leur commandant. 

Des révélations qui ébranlent, pour l’opinion publique, la confiance accordée aux quelque 118.000 carabinieri en service dans le pays. Dont certains sont dévolus à la protection de l’écrivain napolitain depuis 2006.

C’est autant pour leur rendre hommage que pour condamner les accusés que Roberto Saviano intervient dans Fan Page. « J’ai envie de dire, en détaillant le visage de chacune des personnes impliquées dans cette enquête : vous n’êtes pas des policiers. » 

À vivre avec une garde rapprochée depuis 14 ans, Saviano ne peut que le reconnaître : les inculpations qui sont tombées « sont parmi les plus graves de l’histoire de la République ». Et de rappeler qu’en matière de haschich et de marijuana, la légalisation reste l’une des réponses les plus évidentes, pour priver les organisations criminelles de milliards d’euros de revenus annuels. 

Il déplore également la reproduction du comportement mafieux par ceux-là mêmes qui sont en charge du respect de la loi. Les concurrents de ces policiers lancés dans le trafic de drogue, les véritables dealers, ont été abattus. D’autres furent soumis au pizzo, ce pourcentage que l’on verse généralement à la mafia pour la tenir à distance. Mais ici, l’argent allait bel et bien à des policiers. 
 
Après avoir commencé en dissimulant des stocks récupérés lors d’arrestations, les carabinieri ont fini par s’approvisionner directement auprès des gros bonnets – qu’ils connaissaient bien – pour alimenter leur activité. 

Dans le fil de son analyse, Roberto Saviano revient également sur ces méthodes, en les mesurant à son propre roman, Gomorra, devenu une série télévisée (traduit en français sous le même titre par Vincent Raynaud).

Extorsions, violences, tortures, trafic de drogues : les dix inculpés n’ont aucune limite. Pour preuve, cette arrivée chez un concessionnaire, où avec leurs plaques et leurs armes, ils parviennent à se faire vendre une voiture de 60.000 €, à 10.000 € finalement. 

Saviano détaille : « Ils disent qu’ils se comportent  comme dans Gomorra, en utilisant des expressions telles que “façon Gomorra”. Gomorra devient alors un miroir dans lequel les criminels regardent. Ils visionnent la série non pour se divertir ou pour saisir la dynamique, mais pour devenir ceux qu’ils doivent combattre. » 



Et d’ajouter : « C’est la preuve pour moi que ceux qui taxaient Gomorra “d’exagération” ou de “création fantastique” ne connaissaient pas la réalité, qui est souvent même pire que la manière dont nous avons tenté de la représenter. »

Quant aux ouvrages de Saviano même…


Commentaires
Au temps de l'adaptation du "Parrain" au cinéma, on assistait déjà à la même chose : les mafieux visionnaient la trilogie pour devenir pareils aux héros.

C'est décidément la réalité qui s'inspire de la fiction...
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.