Robin des bois, le business model idéal pour les éditeurs ?

Clément Solym - 19.11.2008

Edition - Société - Robin - bois - business


Stona Fich a écrit un livre, Give and Take mais ce dernier n'a pas trouvé éditeur à la page, et finalement Stona a dû trouver comment le distribuer. Il a ainsi décidé de le donner. Gratuitement. En échange, il vous est demandé de faire un don à des oeuvres de bienfaisance...

C'est dans ce contexte que Stona a créé la maison d'édition à but non lucratif, Concord Free Press, qui fonctionne sur ce schéma très Robin des bois : les lecteurs prennent les livres et donnent (de l'argent) aux pauvres. Mais pour ces dons, on les encourage à passer par GivingTracker, interface où ils peuvent effectuer leur acte de générosité, laissé à leur discrétion.

Amnesty International, pour ne citer que lui, a ainsi pu bénéficier des largesses de lecteurs qui eux, auront profité gratuitement d'une oeuvre de la maison de Stona. Une sorte de merveilleuse entreprise, même si elle ne semble pas viable. Pourtant, le site indique que jusqu'à présent, 300 % des coûts de démarrage ont déjà été générés, et pour pouvoir assumer la publication de deux livres par an, Concord Free Press va devoir compter sur la vente de tee-shirts.

Tout cela ne serait d'ailleurs que de la poudre aux yeux si les livres n'avaient aucune consistance littéraire, mais il semblerait bien que ce ne soit pas du tout le cas. Plusieurs lecteurs qui ont reçu les livres, et la presse littéraire américaine se passionnent progressivement pour Take and Give, l'histoire d'un pianiste, qui dévalise ses conquêtes féminines, puis donne l'argent aux nécessiteux.

Un modèle économique qui a vraiment démarré avec un livre, donc...