Room to Read, éditeur jeunesse et ONG internationale

Nicolas Gary - 11.03.2013

Edition - Les maisons - ONG - Room to Read - lecture


Avec 850 titres publiés en langue lao, hindi, tamil, kiswahili et 25 autres langues, l'ONG Room to Read a été fondée en 1999 par John Wood, ancien dirigeant de Microsoft. Son action a permis la construction de 15.000 bibliothèques, 1600 écoles et de venir en aide à 7,5 millions d'enfants. Pourtant, en tant qu'éditeur, on entend assez peu parler de cette structure.

 

 

 

 

L'alphabétisation est la pierre angulaire de l'apprentissage, revendique Room to Read, et en offrant à des enfants de quoi lire en abondance, l'ONG pallie le manque de parents qui ne peuvent pas offrir à leur progéniture des ouvrages dans leur langue maternelle. Elle compense également cette absence d'offre éditoriale, alors que les éditeurs ne prennent pas en considération un public aussi ciblé et restreint. 

 

John Wood explique aujourd'hui à Publishing Perspectives, que les enfants sont voués à grandir dans cet état d'illettrisme, parce qu'ils sont des dizaines de millions qui ne verront jamais de livres écrits dans la langue qu'ils parlent. Room to Read est là pour inverser la tendance. 

 

L'une des solutions est passée par la collecte de fonds, et c'est en contactant Jeff Skoll, président et fondateur de eBay, qu'il a obtenu 100.000 $ pour le financement des 10 premiers ouvrages, tirés chacun à 10.000 exemplaires. Soit 100.000 $ pour la réalisation de 100.000 titres, le compte est bon. 

 

C'est par le Népal que l'aventure s'est poursuivie : en rencontrant une association, la Société népalaise pour la littérature jeunesse, Room to Read a trouvé un accord, et a pu proposer la publication de 10 titres dans une langue accessible pour les enfants. 

 

Une maison d'édition unique et internationale

 

Après un mois d'activité, 67 manuscrits étaient à découvrir, et un comité de lecture a été mis en place pour déterminer quelles étaient les oeuvres à favoriser. Avec une approche simple : les livres doivent être culturellement pertinents, pour inciter les jeunes à les dévorer. Et il est déjà assez compliqué de faire renaître l'enthousiasme de la lecture chez ces enfants. 

 

Room to Read a développé une approche globale pour aider les enfants des pays en voie de développement à bénéficier d'une éducation.  Notre action s'organise autour de quatre programmes :

salles de lecture : nous mettons en place des bibliothèques et leur fournissons des livres pour enfants, écrits dans la langue locale, des livres publiés par Room to Read, des livres en langue anglaise qui nous ont été donnés, ainsi que des jeux et des meubles qui créent un environnement propice à l'apprentissage.

écoles : nous construisons des écoles en partenariat avec les communautés locales afin que les enfants puissent apprendre dans un environnement adapté et sans danger.

publications en langues locales : nous publions des histoires écrites et illustrées par des artistes locaux.  Ces livres pour enfants sont ensuite distribués à travers notre réseau.

éducation des filles : nous procurons un soutien multidimensionnel s'inscrivant dans la durée afin de permettre aux filles d'accéder à l'éducation secondaire.

 

Pourtant, la maison compte désormais 850 ouvrages, et d'ici à la fin 2013, 150 de mieux s'ajouteront. « Nous avons déclaré qu'il ne fallait pas faire cela pour les populations locales, mais avec elles », insiste Wood. Des livres avec des flocons de neige pour des enfants de Zambie, cela reste assez incongru, surtout si les enfants dans le conte ont une peau blanche. Si la position est délicate, elle représente la meilleure approche, considère Wood, pour ramener à la lecture. 

 

Et en 2011, l'association a obtenu le prix Confucius pour l'alphabétisation, décerné par l'UNESCO ; un gage de production de qualité, mais également une récompense saluant les efforts réalisés. A ce jour, Room to Read opère dans 10 pays, et force le respect des professionnels. Cependant, la vocation caritative n'est pas première : « Nous ne nous considérons pas comme un organisme de bienfaisance. Nous sommes une organisation pédagogique. Nous ne sommes pas motivés par le profit, nous sommes motivés par le fait de faire ce qu'il faut pour les enfants, dans le monde entier. »