Roumanie : forte croissance du marché du livre, portée par la jeunesse

Nicolas Gary - 27.07.2018

Edition - International - Roumanie marché livre - traduction auteurs Roumanie - édition jeunesse Roumanie


L’édition en Roumanie devrait dépasser 1,1 milliard de lei – soit 237,37 millions €, contre 1,086 milliard l’an passé. Selon le cabinet KeysFin, basé à Bucarest, les résultats de l’industrie du livre reposent sur plusieurs tendances éditoriales. Mais une, notable : celle de l’expansion du marché.


Roumanie

Stand de la Roumanie, salon du livre de Turin - ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

Dans les données fournies par le BIEF remontant à 2013 – sur des données 2012 –, on indiquait que le territoire comptait 5733 maisons, avec 542 ayant fait paraître plus de 2300 titres. Sur l’année 2011, le chiffre d’affaires était en revanche estimé entre 95 et 100 millions €, ce qui noterait une évolution absolument sidérante en l’espace de sept années.  

 

Cependant, une plus récente analyse, présentée en juin 2018, souligne que le secteur était passé à 100 millions € en 2016 – précisant bien qu’il n’existe pas de données officielles – dont 40 % seraient issus du secteur scolaire. Difficile de comprendre malgré tout le grand écart entre les chiffres qu’avance le cabinet KeysFin et ceux collectés par le BIEF. 

 

Pour KeysFin, le marché roumain aurait, de fait, progressé de 16 % en regard de 2012. Et plusieurs points jouent actuellement en faveur de l’édition roumaine. 

 

• L’augmentation des ventes, après un effort des éditeurs pour rendre leurs livres plus attractifs

• Traduction d’auteurs internationaux plus significatifs pour le public

• Concentration des efforts sur le segment Littérature jeunesse

 

Concernant l’activité, le nombre de revendeurs de livres tournerait toujours autour de 350 commerces pour 1000 éditeurs, peu ou prou. Une dynamique qui emploie autour de 5000 personnes, avec de légères fluctuations d’une année à l’autre. 

 

« Le marché du livre en Roumanie a considérablement augmenté au cours des dernières années », assurent les experts de KeysFIn. Et concernant les livres pour enfant, le processus actuel a totalement inversé la tendance : passé de presque rien, il devient un moteur de croissance. « Le niveau d’éducation et de culture est la base d’une croissance économique durable, sur le long terme. C’est un signe que le marché a atteint un niveau de maturité », relève l’étude.

 

Des mesures prises au niveau national ont également permis de stimuler la consommation de livres, tout en apportant un fort soutien à une éducation de qualité. Pourtant, sur la période 2012-2016, le nombre de librairies a considérablement diminué, avec 20 % de revendeurs de moins. Sur 2016, la plupart des libraires étaient basés à Bucarest, représentant 21 % de l’ensemble des revendeurs. 

 

À cette heure, le marché éditorial est concentré entre les mains de quelques acteurs dont les trois premiers sont : 

Grupul Editorial Art SRL, qui affiche 38,2 millions de lei 

Grup Media Litera SRL, à 26,6 millions de lei 

Tarsago Romania SRL, pour 25,3 millions de lei

 

Au final, 10 acteurs concentrent 36 % de la production et du chiffre d’affaires, avec 585,3 millions de lei de résultat. 


Roumanie

 

Quelle sera la prochaine étape alors ? Pour les experts, force est de constater que « la librairie a depuis longtemps cessé d’être un lieu où l’on n’achète que des livres : elle est passée au rang d’institution culturelle où se déroulent des événements, des sorties, des expositions, des rencontres sociales autour d’un café ou d’un thé ». 

 

Un vaste plan de numérisation
pour le patrimoine de la Roumanie

 

Cette tendance devrait se confirmer dans les prochaines années, alors qu’audiolivres et livres numériques poursuivent leur développement – de plus en plus présents sur les marchés et dans les médias. Éditeurs et libraires auront alors à développer de plus en plus d’accords de collaboration, tout en présentant le livre comme un véritable bienfait. Un travail d’image qui ne pourra que passer par une recherche esthétique et marketing de la part des maisons. 

 

L’idée reste de « consolider cette tendance, qui rendra l’industrie plus attrayante, avec des perspectives financières positives pour les années à venir ».




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.