Rowling assignée en justice pour violation du droit d'auteur

Clément Solym - 17.02.2010

Edition - Justice - Rowling - justice - violation


Rowling, plagieuse, l'affaire ne date pas d'hier et le procès n'est pas non plus le premier. Cette fois, ce sont les héritiers d'Adrian Jacobs qui s'estiment lésés par la maman d'Harry Potter. Elle aurait emprunté des passages entiers de The Adventures of Willy The Wizard No 1 Livid Land, paru en 1987, et que l'on retrouverait donc dans Harry Potter and The Goblet of Fire (La coupe de feu) publié 13 ans plus tard.

Dans les aventures de Willy the Wizard, Adrian avait imaginé un univers assez proche de celui de Potter, avec notammant un concours similaire à celui présenté par Rowling, The Triwizard Tournament. La plainte déposée, en juin 2009, devant la cour d'Angleterre expliquait que bien d'autres thèmes et concepts du récit de Joanne ont simplement été copiés dans Potter.

Selon les plaignants, des contacts réguliers entre les avocats de Rowling et les leurs ont eu lieu au cours de ces dernières années. « Nous avons pris des conseils juridiques spécialisés et nous croyons que notre cas est important. »

En somme, la plainte sera plaidée pour violation du droit d'auteur, et si la cause était entendue, bien évidemment, les plaignants ne s'arrêteraient pas là et attaqueraient également pour obtenir des revenus sur les films.

Cette intervention vise aussi à faire valoir que maintenant, J.K. Rowling, désormais Ms J.K. Murray, était incluse à la plainte déposée contre Bloomsbury.