Rowling contre Trump : “Ne laissons pas les discours haineux se normaliser”

Elodie Pinguet - 10.11.2016

Edition - International - jk rowling - donald trump élection - réactions twitter


L’élection de Trump hier a pris le monde de court – autant que la défaite consécutive d'Hilary Clinton. Les stars se sont prêtées au jeu des réactions, dont l’auteure britannique J.K. Rowling qui a pris les armes et réaffirmé son plein soutien à Hillary Clinton.

 

Gage Skidmore - CC BY SA 2.0

 

 

La victoire surprise de Donald Trump ce 9 novembre a entraîné de multiples réactions sur les réseaux sociaux. Plaisanteries, commentaires dépités ou au contraire billets exprimant leur pleine satisfaction ont rythmé la journée sur internet. Les stars n’étaient pas en reste, chacune livrant son ressenti. Parmi elles, J.K. Rowling, qui s’est attirée les foudres des défenseurs de Donald Trump, après une série de messages.

 

A la suite de l’annonce des résultats, celle qui espérait une victoire d’Hillary Clinton a tweeté, répondant à des fans en les incitant à « rester forts ». Elle appelle les gens à ne pas baisser les bras et expose fièrement ses positions : « Nous sommes ensemble. Nous défendons les vulnérables. Nous défions les bigots. Nous ne laissons pas les discours haineux se normaliser. Nous tenons la ligne ».

 

 

 

Elle a rapidement été sous le feu des critiques des défenseurs du président Trump – ça fait tout de même bizarre à écrire. Elle rejette les insultes et appelle à contester « la haine et le racisme ». Si certains l’ont exhortée à ignorer les critiques, elle n’en a rien fait, préférant les affronter : « Je me fous de ce que les trolls ressentent. Parler permet aux gens intimidés de savoir qu’ils ne sont pas seuls ».

 

 

 

Elle a plus tard réagi au discours d’Hillary Clinton en la félicitant : « J’ai vraiment besoin de pleurer. Hillary Clinton, quel discours! »

 

 

Déjà en décembre 2015, elle affichait ses convictions sur Twitter en comparant Donald Trump à Lord Voldemort, l’ennemi d’Harry Potter ajoutant que même lui « n’était pas aussi méchant ». Depuis les allusions et comparaisons entre les deux protagonistes sont nombreuses.

 

Conservateurs, universitaires : portraits d'auteurs qui ont soutenu Trump

 

Plus récemment, en juin, peu après le Brexit auquel elle était également opposée, elle a posté son avis sur son site internet et a fait savoir que Donald Trump était « un fasciste dans tout sauf le nom ».

 

Via TheHill et Tv3