Rowling lance Pottermore et enterre les libraires, avec le sourire

Clément Solym - 27.06.2011

Edition - Société - rowling - ebook - libraires


La première phase du lancement de Pottermore est accomplie. Un site internet, qui regroupera un réseau social, une aventure à découvrir et lire, tout en interagissant... Mais également la commercialisation exclusive des livres numériques Harry Potter, en plusieurs langues.

Un tel programme n'avait évidemment pas plu du tout aux libraires, en grande partie responsable de l'essor de Potter, même s'ils ont su également profiter de la commercialisation des livres durant toutes ces années.

« Nous sommes déçus que, ayant été des facteurs-clefs dans la croissance du phénomène Harry Potter depuis la publication du premier livre, le marché soit effectivement exclu de la commercialisation de l'édition tant attendue des versions numériques », expliquait un porte-parole de la chaîne Waterstone, tout à fait représentatif de la situation. (notre actualitté)

 

 


Crédit photo AP


Mais Rowling a bien senti qu'il n'était pas possible de couper les relations avec les libraires, ou plutôt qu'il serait de bon ton de calmer le jeu très rapidement, sous peine de se mettre à dos ceux-là mêmes qui l'ont portée.

Regardez-moi dans les yeux...

Concernant la vente exclusive des livres numériques, il a suffi de botter habilement en touche, comme l'a fait un porte-parole de Pottermore. « Pottermore est conçu pour encourager la lecture et la relecture des livres d'Harry Potter, dans tous les formats et éditions, imprimés ou numériques, pour les générations de lecteurs d'aujourd'hui et celles à venir. Nous pensons que cela aura un effet positif, pour ceux qui vendent des livres physiques, ainsi que sur les ventes numériques. »

Manier la langue de bois avec ce niveau d'excellence, c'est presque magique.

Vos paupières sont lourdes

Et le bonhomme d'ajouter : « La décision de rendre les livres numériques exclusifs au site a été prise pour s'assurer d'une facilité d'accès sur tous les dispositifs de lecture et pour la plus large communauté possible, mais également pour soutenir cette intention du site d'être une expérience de lecture en ligne. » Qui plus est, une expérience sans DRM, mais avec une centralisation des données particulièrement efficace. (notre actualitté)

Ce qui reste frappant, outre le grand coup de balai dans le vent, qui n'agite même pas de la poudre de perlimpinpin, c'est que la communication sur l'idée d'une exclusivité n'ait pas été mieux travaillée. En prenant un tel risque, eu égard aux libraires, justement, l'entreprise Pottermore centralisera bel et bien les ventes, et profitera de la renommée acquise par le biais des librairies, avec un joli pied de nez.

Vous dormez...

Le tout en chantonnant un refrain de type 'Ayez confiance, tout le monde profitera de ce renouveau', assez osé - et dégoulinant de mauvaise foi.

Chapeau le marketing Rowling...