Royaume-Uni : Amazon recrute 1500 personnes pour ses nouveaux entrepôts

Antoine Oury - 10.03.2016

Edition - International - Amazon entrepôts - Amazon Royaume-Uni - Amazon conditions travail


Le modèle Amazon n'est pas seulement basé sur une politique de prix agressive : la multinationale a également introduit un modèle de gigantesques entrepôts, répartis dans les différents pays où résident ses clients, qui lui permettent de proposer un acheminement en temps record. Souvent au détriment des conditions de travail des employés, particulièrement critiquées.

 

Amazon España por dentro

Un centre Amazon en Espagne (photo d'illustration, Álvaro Ibáñez, CC BY 2.0)

 

 

Malgré les polémiques liées aux conditions de travail dans ses entrepôts, Amazon n'a jamais vraiment rencontré d'opposition à son installation dans les différents pays. Y compris en France, où Arnaud Montebourg, alors ministre du Redressement Productif, lui avait déroulé le tapis rouge. Amazon promet des emplois, et, en période de chômage élevé, cette promesse convient généralement aux politiques.

 

Au Royaume-Uni, Amazon prévoit ainsi de créer 1500 postes sur 3 ans, dès l'année 2016 : ces recrutements commencent dès à présent, en prévision de l'ouverture de deux nouveaux entrepôts, à Manchester et dans le comté de Leicestershire. 1000 postes sont destinés à l'entrepôt qui jouxte l'aéroport de Manchester, les 500 autres pour celui qui ouvrira à Coalville.

 

À la fin de l'année 2016, Amazon devrait disposer d'une force de travail de 14.500 personnes au Royaume-Uni. Amazon souligne d'ailleurs que les 1500 emplois créés sont des postes permanents. Par ailleurs, la firme prévoit aussi des embauches pour ces services clientèles, ses centres de recherche et développement, ainsi que pour ses centres de données Amazon Web Services.

 

Le membre du Parlement britannique Mike Kane ne tarit pas d'éloges sur l'annonce d'Amazon : « Un millier de nouveaux emplois stables sur 3 ans créeront de fantastiques opportunités pour les citoyens de ma circonscription », explique Kane.

 

Pas sûr que les opportunités soient si satisfaisantes pour les futurs employés : le journal Bloomberg révèle aujourd'hui une autre pratique plutôt discutable du cybermarchand. Amazon aurait ainsi installé dans ces entrepôts des écrans qui diffusent les silhouettes floutées des employés licenciés pour vol : les différents articles dérobés sont d'ailleurs listés. Les inscriptions « Terminated » ou « Arrested » viennent parfois en surimpression sur les silhouettes, histoire de préciser le sort réservé à ces employés.

 

(via The Bookseller)