Royaume-Uni : les 16-24 ans, mais aussi les autres, délaissent les bibliothèques

Joséphine Leroy - 02.05.2016

Edition - Bibliothèques - Taking Part : a focus on librairies étude - bibliothèque royaume-uni fréquentation - Etude Royaume-Uni bibliothèque


La tranche 16-24 ans fréquenterait de moins en moins les bibliothèques publiques, selon une étude menée par le DCMS (Department for Culture, Media and Sport) en partenariat avec Arts Council England et intitulée Taking Part : a focus on librairies. Si ce sont ces usagers qui incarnent le plus le désamour actuel, ce sont loin d’être les seuls. L'étude élabore des comparatifs sur quasiment une décennie (2005-2016) et les enseignements tirés sont nombreux. 

 

Stockholms Stadsbibliotek

(dilettantiquity / CC BY-SA 2.0)

 

 

Les chercheurs de l’étude intitulée Taking Part : a focus on librairies rapportent une baisse importante de fréquentation en bibliothèque publique au cours des neuf dernières années. Entre 2005 et 2016, le taux de fréquentation aurait chuté de 14,3 %. D’octobre 2014 à septembre 2015, l'étude précise que 33,9 % de la tranche adulte se serait rendu en bibliothèque publique, contre 48,2 % en 2005/2006. Dans cette tranche, les jeunes de 16-24 ans seraient les plus déserteurs : 51 % d’entre eux se sont rendus en bibliothèque publique entre 2005 et 2006. Seuls 25,2 % ont fait de même d’octobre 2014 à septembre 2015. 

 

Par ailleurs, l’étude rapporte que beaucoup plus d’adultes issus de « minorités ethniques » appelées « BAME » (black, asian and minority ethnic) sont allés en bibliothèque fin 2015 que les adultes dits « blancs » : 49,3 % pour le premier groupe contre 31,8 % pour le second. Tous les groupes, sans distinction, ont toutefois beaucoup moins fréquenté les bibliothèques, mais l’écart entre les deux groupes se creuse : en 2005/2006, on comptait 10,3 % d’écart alors que l’année dernière, il y en avait 17,5 %. 

 

L’étude parle aussi d’un écart social significatif. Les adultes issus de classe sociale supérieure sont davantage allés en bibliothèque que ceux issus de classe sociale inférieure (36,4 % contre 30,2 %). Autre donnée fournie par l’étude : la situation familiale. Plus les adultes sont engagés dans une vie familiale active, plus ils se dirigent vers les bibliothèques publiques. Entre octobre 2014 et septembre 2015, 39,9 % des ménages avec un enfant ont utilisé une bibliothèque publique. 46,9 % des ménages avec deux enfants s’y seraient également rendus. Enfin, les ménages avec trois enfants ou plus se hissent en haut du classement, avec 47,5 %. Les ménages sans enfant se retrouvent au plus bas du classement (23,9 %).

 

Évidemment, la même question se pose toujours : la poule ou l'oeuf, ou plutôt la fréquentation et les fermetures d'établissements. Les militants contre les fermetures des bibliothèques, qui se sont multipliées ces dernières années, verront de l'eau arriver à leur moulin avec cette nouvelle étude.

 

L'éducation des enfants pour les uns, moins de temps libre pour les autres

 

Pour apporter plus de précisions à l’étude, les chercheurs sont allés à plusieurs reprises au contact des sujets de l’étude. 21 % des sondés avouent avoir moins fréquenté les bibliothèques entre le premier sondage et le troisième. 14 % d’entre eux ont répondu inversement. Pour la majorité, fréquenter davantage les bibliothèques est une façon « d’encourager les enfants à lire des livres » (20 %). Pour 18 % d’entre eux, cela s’explique par l’« envie de lire plus » et 15 % s’y rendent parce qu’ils ont plus de temps libre.  

 

En ce qui concerne les usagers qui désertent ces bibliothèques, 25 % le justifient par un manque de temps libre. 17 % disent acheter ou se procurer des livres ailleurs et 12 % sont tombés amoureux du format ebook et se sont définitivement détachés de la bonne vieille bibliothèque.

 

Les bibliothèques doivent-elles se renouveler de manière générale en Grande-Bretagne ? L’année dernière, une étude relevait déjà une baisse de fréquentation dans les bibliothèques, notamment due à un manque de modernisation des bibliothèques.

 

 

 

via The Bookseller