Royaume-Uni : les bibliothèques n'ont pas un bel avenir

Clément Solym - 08.11.2012

Edition - Bibliothèques - angleterre - bibliothèque - fermeture


Au Royaume-Uni, un récent rapport, intitulé Culture, Media and Sport Committee – Third Report (Library Closures), affiche une baisse inquiétante du nombre de personnes qui fréquente les bibliothèques. Et beaucoup de ces établissements doivent aujourd'hui être « sauvés ».

 

 

Save ALL Libraries

Ray Ban Bro 66 CC BY-NC-ND 2.0

 


Le Royaume-Uni a connu, ces trois dernières années, une sorte de bataille rangée entre les conseillers qui souhaitaient « rationaliser » le service des bibliothèques en fermant les petites pour soutenir les grandes, suite au budget coupé, et les militants défenseurs de tous ces établissement culturels et sociaux.


De nombreux résidents misaient sur l'espoir de convaincre le ministre de la Culture Ed Vaizey d'intervenir personnellement, quant à ces décisions non acceptables pour la communauté résidentielle. Selon une loi du Parlement de 1964, l'Etat est obligé de fournir un service public « complet et efficace », et s'ils ne respectent pas cet accord, le secrétaire d'Etat peut leur forcer la main. Mais comment faire quand il n'y a plus d'argent pour soutenir les structures et que le bénévolat pose souvent problème en tant que situation non acceptée ?


Il y a quelques jours, un rapport sur les fermetures des bibliothèques vient d'être publié et le bilan n'est pas vraiment positif. L'an dernier, six établissements ont fermé à Brent. Et chaque municipalité a réduit, en moyenne, son budget de 28 %. Mais, combien coûtent les bibliothèques du Royaume-Uni ? Le rapport note quelques faits intéressants. Il y a, en Angleterre, 3500 bibliothèques qui coûtent 900 millions de livres par an. Et, avec une fréquentation qui ne fait que baisser "depuis 20 ans", l'Etat souhaite de moins en moins investir, préférant centrer le réseau culturel sur quelques grosses structures au lieu d'innover et de redynamiser ces lieux pourtant essentiels.