Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Royaume-Uni : les habitants de Barnet veulent sauver leurs bibliothèques

Bouder Robin - 02.08.2017

Edition - Bibliothèques - bibliothèques royaume uni - bibliothèques en danger - coupes budgétaires bibliothèques


Au Royaume-Uni, un quartier situé dans la banlieue londonienne se bat pour sauver ses bibliothèques. Manifestant depuis plusieurs mois contre des changements qu'ils considèrent inefficaces et nuisibles pour leurs bibliothèques, les habitants de Barnet ont fait entendre leurs plaintes au Département de la culture, des médias et du sport. Ce dernier ouvre maintenant une enquête à propos de la manière dont le conseil du quartier gère son argent.

 

Friern Barnet Community Library (2).jpg

Friern Barnet Community Library - Philafrenzy (CC BY-SA 4.0)

 

 

Rien ne va plus pour les bibliothèques de Barnet ! Ce sont des dizaines de plaintes qui ont été déposées contre le nouveau fonctionnement de ces établissements britanniques, plaintes aussitôt recueillies par le Département de la culture, des médias et du sport. Et le ministre des Arts John Glen d'écrire une lettre au conseiller Richard Cornelius, du conseil du district de Barnet, pour l'avertir de l'ouverture d'une enquête.

 

Il s'agit ainsi pour le DCMS de déterminer si oui ou non, « le conseil de Barnet manque à ses devoirs en négligeant les services des bibliothèques publiques que l'Acte de 1964 [sur les bibliothèques publiques et les musées] lui impose ». Et pour cause : il semblerait que les fonds financiers consacrés aux 14 bibliothèques concernées aient été gérés d'une manière qui n'a pas plu à la majorité...

 

Depuis près de 2 ans, les manifestants menaient une campagne nommée « Save Barnet Libraries » dans l'espoir de faire réagir le gouvernement britannique. En avril dernier, le plan du conseil de Barnet a été rendu effectif, et l'opposition n'en a fait qu'augmenter. En juillet dernier, une opération avait notamment été menée avec l'une des écoles primaires du quartier, qui avait demandé aux élèves de réaliser 400 cartes postales pour les épingler sur le portail de leur établissement, en protestation aux changements opérés sur les bibliothèques.

 

 

 

Mary Beer, membre de la campagne, explique au Times Series : « Les dirigeants conservateurs de Barnet n'ont rien fait à part gaspiller de l'argent tout en diminuant nos services (…). À présent, certaines de nos bibliothèques, comme North Finchley ou Golders Green, qui auparavant prêtaient 100 000 livres à des enfants chaque année, ne possèdent plus qu'une centaine de livres répartis sur 2 étagères. »

La lettre du DCMS fait mention de l'intention du conseil de Barnet de réduire les coûts des bibliothèques de 2,2 millions de $ d'ici à 2019 ou 2020, ce qui n'est pas du goût des manifestants : pour eux, cela ne pourra que signifier une réduction de l'espace public des bibliothèques, du personnel ainsi que des heures d'ouverture. Mary Beer affirme ainsi que Barnet dépense « 14 millions auprès d'entrepreneurs privés, tout ça pour "épargner" 2,2 millions sur les bibliothèques, en se séparant d'atouts essentiels comme du personnel qualifié ou même un accès à des toilettes ».

 

La fermeture de la librairie Samuel French à Londres provoque la colère
 

On peut en effet difficilement parler d'efficacité... Un porte-parole du conseil affirme que la lettre du ministre John Glen a été lue et les plaintes entendues, mais qu'il n'y a aucune raison de s'inquiéter : « Tout en économisant de l'argent, nous allons offrir des services modernes et rentables, et les 14 bibliothèques du quartier resteront ouvertes. »
 

Parmi ces services, des portes automatiques et des offres de libre-service pour les usagers, dans 10 des 14 bibliothèques, offres auxquelles ont déjà souscrit 11 000 habitants. Certainement pour compenser les heures d'ouverture des bibliothèques, réduites à une quinzaine par semaine...
 

La Chawton House Library, résidence de Jane Austen, lutte pour sa survie

 

En tous les cas, les habitants de Barnet se réjouissent de l'effet de leur campagne, qui aura au moins fait réagir et convaincu le DCMS de mener une enquête approfondie. Si le Département considère les actions du conseil de Barnet comme une perte d'argent et une atteinte aux services culturels du quartier, la Secrétaire d'État Karen Bradley pourrait bien intervenir.

Via Times Series