Royaume-Uni : les hommes, sexe faible en rythme de lecture

Antoine Oury - 16.04.2014

Edition - International - Royaume-Uni - hommes - lecture


Comme la plupart des pays industrialisés, le Royaume-Uni s'inquiète d'un certain désamour pour la lecture, concurrencée par de nombreux autres loisirs, bientôt aussi faciles d'accès que les livres. Un sondage mené par The Reading Agency, organisme de promotion des livres, estime ainsi que 63 % des hommes britanniques ne lisent pas assez, selon leur propre aveu.

 


London Book Fair 2014

Foire du Livre de Londres 2014 (ActuaLitté, CC BY-SA 2.0)

 

 

Le sondage a été conduit par OnePoll auprès de 2000 Britanniques, hommes et femmes, est a permis de déterminer que 63 % des hommes reconnaissaient ne pas lire assez, même selon leurs propres critères. Parmi les raisons évoquées, le manque de temps survient évidemment en premier, devant les 5 % qui ont estimé que l'activité ne les intéressait pas.

 

Sue Wilkinson, directrice de la Reading Agency, explique que « les hommes reconnaissent l'importance des livres, mais admettent qu'ils ne les ouvrent pas assez, pour différentes raisons. Les séries, les films et Internet sont eux aussi en compétition sur le temps de loisir aujourd'hui, particulièrement pour les jeunes hommes. »

 

La World Book Night annuelle a ainsi sélectionné 20 titres, spécifiquement orientés vers ce public pour tenter de le faire renouer avec une habitude que 30 % des hommes admettent avoir perdue depuis leur sortie du système scolaire. Le 23 avril prochain, la distribution d'Un crime parfait, de Peter James, Theodore Boone de John Grisham, ou 59 Seconds de Richard Wiseman pourrait permettre d'inverser la tendance...

 

Il serait aussi judicieux de faire comprendre tout l'intérêt de la culture livresque pour la drague : 1 homme britannique sur 5 a ainsi admis avoir menti sur ses lectures, pour paraître plus intelligent... ou séduisant. 

 

Enfin, les résultats du sondage montrent peut-être que les hommes sont les plus honnêtes face à un questionnaire d'opinion...

 

(via The Bookseller)