Royaume-Uni : Un salon littéraire limite l'accessibilité aux personnes handicapées

Bouder Robin - 03.08.2017

Edition - Société - accès handicapés littérature - convention littérature - littérature personnes handicapées


Les conventions littéraires, c'est sympa. Réunions de passionnés, rencontres avec des stars, discussions enflammées... A priori, rien pour gâcher l'événement. Sauf quand on a la mauvaise surprise de constater qu'il nous sera impossible de satisfaire nos besoins naturels de toute la journée. Cette surprise, ce sont les personnes handicapées qui l'ont eue lors de la YALC, convention de littérature Young Adult qui avait lieu à Londres le dernier week-end de juillet. Et pour cause : on leur a retiré leurs toilettes pour accueillir la grosse commission de Benedict Cumberbatch.


Maxipixels - Domaine public


 

La YALC, convention britannique de littérature Young Adult, qui s'est tenue du 28 au 30 juillet, a bien fait parler d'elle – et pas nécessairement dans le bon sens. Les auteurs et visiteurs ayant participé à l'événement ont fait entendre leur mécontentement face à un manque d'installations accessibles aux personnes handicapées.

 

Sur les 2 toilettes aménagées de la convention, l'un des cabinets avait été réquisitionné pour les invités VIP du Comicon, autre salon qui se tenait dans le même bâtiment. Quant à l'autre, il se situait... un étage plus bas, au cœur de la Comicon elle-même. Les visiteurs en fauteuils roulants ont ainsi été forcés de faire la queue devant les ascenseurs bondés et de se frayer un passage dans la foule pour accéder au seul cabinet disponible...

 

Autant dire que Showmasters, compagnie organisatrice de la convention, a fait fort, et l'a bien regretté, accusée de racisme anti-handicapés par l'actrice et dramaturge Athena Stevens, elle-même atteinte de paralysie cérébrale. L'auteure, qui est également porte-parole du Women's Equality Party, explique très simplement les désagréments causés : « La Comicon est une véritable fosse remplie de gens énervés, et n'importe quelle personne atteinte d'un handicap neurologique, dont moi, s'y sentirait oppressée. »

 

L'écrivain Simon James Green confirme les faits, et même pire : selon lui, aucun membre du personnel n'a été capable de l'informer sur de potentielles solutions alternatives. Alex Wheatle, invité spécial du salon, fait quant à lui remarquer que « les VIP n'en auraient sans doute rien eu à faire d'utiliser d'autres toilettes », prestige ou pas.

 

Pour un salon qui prône « la diversité et réunit des gens qui viennent célébrer leur passion », c'est plutôt raté, comme le souligne l'auteure d'Orange Boy, Patrice Lawrence. En résumé, c'est une pluie de plaintes qui a déferlé sur l'organisateur – et peut-être un peu d'amertume envers les privilégiés de la Comicon, dont Benedict Cumberbatch cette année.
 

Accessibilité en bibliothèque : en 2017, où en est-on ?

 

Pour autant, si Showmasters a entendu les critiques, c'est pour les nier aussitôt. Selon un porte-parole de l'entreprise, il y avait bel et bien non pas une, mais 2 cabines aménagées à l'étage de la YALC... Il confirme que la densité de la foule le samedi a effectivement obligé les visiteurs en fauteuils roulants à emprunter les toilettes de l'étage du dessous, mais certainement pas sur la totalité du week-end.

En ajoutant que pour les prochaines éditions de la convention, l'équipe prendra conseil auprès de personnes handicapées, histoire d'éviter la lapidation...

Via The Guardian