Royaume-Uni : une escouade de poètes pour rendre compte de la crise

Antoine Oury - 23.04.2020

Edition - Société - poetes coronavirus - poesie coronavirus - poetes royaume uni


Carol Ann Duffy, nommée poétesse lauréate du Royaume-Uni il y a quelques années, a pris la tête d'un mouvement unissant des poètes britanniques qui cherche à créer un « compte-rendu sensible » des événements autour de la crise liée au coronavirus. « Write Where We Are Now » entend devenir un immense recueil de textes, prouvant que la création ne s'arrête jamais. 

Pandemic
(photo d'illustration, Dan Gaken, CC BY 2.0)


Directrice d'une école d'écriture à Manchester, Carol Ann Duffy a continué à faire pour le mieux, malgré la crise : écrire, encore et toujours. Avec une question lancinante : que peut la poésie dans des moments si difficiles, alors que le personnel soignant lutte sans relâche ? La réponse est venue, simple et limpide : « Nous avons besoin d'entendre la poésie au moment des bouleversements et de la peine mondiale. »

« Un poème cherche à ajouter au monde et ce moment semble approprié pour donner », explique-t-elle encore. Le projet poétique qu'elle porte, « Write Where We Are Now » (Écrire de là où nous sommes, à présent), « offrira une opportunité de réfléchir et de contempler pendant cette période difficile, ainsi qu'un compte-rendu sensible de ce qui arrive, à travers les yeux et les oreilles des poètes [...] ».

De nombreux poètes du Royaume-Uni ont déjà répondu à l'appel de Duffy, comme Imtiaz Dharker, Roger McGough, Ian McMillan, Gillian Clarke, Jackie Kay ou encore Raymond Antrobus, égrène le Guardian.

Dans les textes qui composent Write Where We Are Now se mêlent les instants privés, introspectifs, et la grande histoire collective que le monde est en train de vivre : Imtiaz Dharker, dans « Cranes Lean In », compare ainsi l'appel qu'elle passe à sa fille et l'inquiétude de millions de mères pour la santé et la situation de leurs enfants.
 
« J'ai toujours pensé que le rôle d'un poète est d'être un témoin, et voici un autre exemple de ce que cela peut donner », souligne Andrew McMillan, qui participe au projet, non sans difficulté de son propre aveu. « Certaines choses semblent aller au-delà du langage — le nombre énorme de morts, la souffrance tue, la peur incontrôlable. Nous devons faire face à des données abstraites et le premier réflexe est d'aller vers l'abstraction nous aussi, mais cela ne fait pas de la bonne poésie. »

Les poèmes sont disponibles à cette adresse, et la liste devrait s'enrichir pendant toute la durée du confinement, voire de la crise sanitaire.


Commentaires
Belle initiative en effet, et le site est très bien fait.



Les poètes français devraient faire la même chose !!! Pas Gagné !!!



Ah si on a GUSTAVE, animé par Stéphane Bataillon, une petite bouffée d'air
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.