Rushdie remercie les petits héros ayant lutté contre la fatwa

Clément Solym - 28.05.2008

Edition - Société - Salman - Rushdie - fatwa


Depuis une vingtaine d'années et la fatwa qui sévit contre lui, suite à la publication des Versets sataniques, Salman Rushdie n'a pas vraiment vécu que des heures tendres. Son livre lui a valu des menaces de mort, comme celle de l'ayatollah Khomeini, qui avait hurlé au blasphème quand l'écrivain évoquait le prophète Mahomet.

« Les multiples actes de courage », qu'il a reçus au cours de cette période ont été « supérieurs à cette laideur », déclarait ainsi Sir Rushdie. Dans un hommage rendu durant le Festival de Hay-On-Wye, l'écrivain a tenu à remercier ceux qui l'ont soutenu ces vingt dernières années, artistes comme libraires, lesquels ont souvent « redoublé » d'effort pour vendre un livre interdit.

Bien qu'il soit encore diabolisé dans certains pays et encore menacé, les petits héros qui avaient participé à la résistance en vendant Les versets avaient ainsi joué un grand rôle. « C'est extaordinaire d'être au centre d'une telle action collective », s'est-il ému.

S'il ne regrette rien de ces années, Salman expliquait récemment qu'il avait mûri. « Je devais aussi comprendre non seulement ce que je combattais, mais également ce pour quoi je me battais. »

Car si la fatwa l'a poussé à devenir commentateur de la scène politique et de ses événements, ce n'était pas là l'avenir qu'il souhaitait pour sa carrière [NdR : Salman Rushdie possède une chronique dans le New York Times à ce titre]. Il n'est pas devenu écrivain pour être expert ni tête pensante, et l'écriture va reprendre une place plus essentielle désormais dans sa vie.