Russie : créer des lieux de recueillement pour une légende littéraire

Cécile Mazin - 13.04.2015

Edition - International - Joseph Brodski - Russie poésie - prix nobel littérature


En remportant le prix Nobel de littérature en 1987, Joseph Brodsky fut consacré pour une carrière entière dédiée à la poésie. Mais également de conflit avec l'idéologie dominante dans l'Union soviétique. À l'âge de 23 ans, il fut envoyé en exil pour travailler dans un kolkhoze après qu'un tribunal l'a reconnu coupable de « parasitisme social », dans l'art soviétique.

 

 

 

 

Brodsky est devenu un symbole, note Lioubov Cheplavina, qui a initié la création d'un musée entièrement dédié au créateur. « Les jeunes sont vraiment fascinés par Brodsky, du fait de son esprit d'indépendance. Les gens se souviennent de lui », précise-t-il. 

 

Dans cette perspective, l'ancien village agricole de Norinskaya, situé à quelque 600 km de Moscou, hébergera un musée en hommage au poète. 

 

De cette expérience en kolkhoze, le poète a finalement retenu les meilleurs moments de sa vie, comme il l'écrira par la suite. Cette existence rustique, à une époque où l'électricité n'était pas encore disponible, aura exercé sur lui une véritable fascination.

 

La maison traditionnelle et centenaire a dû être entièrement démontée pour accueillir le musée, après un investissement de 4,5 millions de roubles – 76.000 €. C'est dans cette maison qu'il avait d'ailleurs vécu, après l'avoir louée à des habitants locaux. Certains hommes d'affaires de Moscou ont également pris part à l'investissement pour rénover les lieux. 

 

Ouvert depuis la semaine passée, et entièrement gratuit, le musée attend les visiteurs, qui découvriront l'œuvre et la vie de cet auteur. Brodsky décida de quitter cette maison lorsqu'une campagne lancée par de grandes personnalités intellectuelles, la poète russe Anna Akhmatova ou le philosophe Jean-Paul Sartre, a contraint les autorités soviétiques à réduire sa peine. (via RBTH)

 

Brodsky est né à Leningrad en mai 1940 et mort à New York le 28 janvier 1996. Il n'aura finalement vécu qu'une année en exil, sans plus pouvoir parvenir à publier ses œuvres. Il quittera l'URSS pour Vienne, avant de s'installer définitivement aux États-Unis.