Russie : Offrir Crime et Châtiment à Snowden, nouveau Raskolnikov

Nicolas Gary - 25.07.2013

Edition - International - Edward Snowden - Fiodor Dostoïevski - Crime et chatiment


L'homme qui a plongé la NSA dans une colère noire est actuellement coincé dans un vide juridique qui le maintient à l'aéroport international de Moscou. Et pour la première fois depuis un mois, il a pu rencontrer un avocat russe, ce 24 juillet. Ce dernier est arrivé avec un cadeau pour le moins inattendu, et en même temps très pratique, pour passer le temps : un exemplaire de Crime et Châtiment, le chef d'oeuvre de Dostoïevski...

 

 


 

 

« Je lui ai acheté Crime et Châtiment de Dostoïesvki, parce que je pense qu'il devrait lire l'histoire de Raskolnikov. Je ne dis pas qu'il existe une similitude entre leurs conflits intérieurs, mais pour autant, ce classique universel devrait être intéressant pour lui », explique-t-il à l'AFP. 

 

Pour mémoire, Raskolnikov, étudiant fauché, tue, une usurière à qui il a vendu la montre de son père, simplement pour vérifier s'il est capable d'assumer le fait d'être un criminel. Et il parvient à rationaliser son geste en s'abritant derrière l'idée que c'était juste, et qu'il utilisera l'argent pour faire quelque chose de bon. Problème : son meurtre devient un double meurtre, et Raskolnikov panique

 

Tout le livre de Dostoïevski est ainsi raconté en focalisation interne, du point de vue du tueur. De son côté, Snowden n'a tué personne - même métaphoriquement. En revanche, c'est à lui que l'on doit les révélations sur l'entreprise de surveillance gigantesque que les États-Unis ont mise en place à travers le monde. Privé de nombreuses libertés désormais, depuis que son passeport américain a été révoqué, Snowden souhaiterait s'installer en Russie pour mettre un terme à sa cavale.

 

L'avocat, Anatoli Kucherena, assure que son client désire découvrir et étudier la culture russe. « Mais sa sécurité reste sa priorité. » Il a également offert à son client du Tchekhov « pour le dessert ».

 

Peu après les révélations, début juin, l'affaire Snowden avait provoqué une hausse des ventes du livre de George Orwell, 1984. Avec plus de 6000 % d'augmentation des ventes, l'intérêt des Américains pour la surveillance de leur vie indique clairement combien les administrés prennent cela au sérieux. D'autant plus que les révélations apportées par Edward Snowden montrent bien que l'ensemble du réseau de surveillance glisserait sans peine vers une vision noire du type 1984, tout particulièrement dans la société numérique contemporaine. 

 

À ce jour, Snowden n'a toujours pas pu quitter l'aéroport, certains documents n'étant toujours pas conformes. Il réside dans la zone internationale, depuis son arrivée de Hong Kong, le 23 juin dernier. Plusieurs groupes de défense des droits ont offert d'aider Snowden dans ses démarches, notamment pour se soustraire au mandat d'extradition qui a été déployé par les Américains, pour exiger son retour.

 

Cela dit, la lecture de Dostoïevski n'est pas toujours des plus recommandables. Une figure représentant le romancier dans le métro moscovite avait provoqué une vague de suicides, d'autant plus qu'une fresque l'accompagnait, peuplée par les personnages tirés de ses livres. La station Dostoïevskaya représente une scène sanglante de Crime et Châtiment, avec la mise à mort du prêteur sur gages et de sa soeur, ainsi qu'un autre, tiré de Les Possédés, pointant un pistolet sur sa tempe. Une énergie trop négative souligne le psychologue Mikhail Vinogradov, alors que la station a ouvert en juin 2010.