Russie : Poutine, soucieux de contrôler le monde des lettres ?

Antoine Oury - 04.12.2013

Edition - Société - Assemblée littéraire - Russie - Vladimir Poutine


Quand Vladimir Poutine se pique de littérature, les plus sceptiques sont les écrivains... Le président de la Fédération de Russie a annoncé que l'année 2015 serait celle de la littérature, parallèlement à la création d'une « Assemblée littéraire », qui remplacera bientôt l'Union des écrivains, organisme de l'époque soviétique. Pour les observateurs, ou les auteurs eux-mêmes, la proposition n'est pas dénuée de tous soupçons...

 


Pussy Riot - Vladimir Vladimirovich Putin, painted portrait - IMG_2449

Poutine Riot ? (thierry ehrmann - Abode of Chaos, CC BY 2.0)

 

 

Cette « Assemblée littéraire » a été officiellement créée en Russie, soutenue par des membres du gouvernement et Vladimir Poutine en particulier. La semaine dernière, Poutine invitait les principaux acteurs du livre et de l'édition à une réunion pour se pencher sur les grands problèmes du secteur, anticipant sur la création de ce regroupement des auteurs.

 

Une invitation qui avait déchiré les écrivains russes : certains, comme Boris Akounine, refusant absolument de s'y rendre « [t]ant qu'il y a dans le pays des prisonniers politiques », quand d'autres, tel Andreï Makine mettait en doute les critiques de l'Occident et tempérait les critiques sur le président Poutine, avant tout « pragmatique ».

 

L'Assemblée littéraire devrait en tout cas rassembler près d'un millier de professionnels du secteur de l'édition, écrivains, éditeurs et critiques. Le premier sommet de l'assemblée devrait intervenir en 2014, en préparation d'une année 2015 consacrée à la littérature, et particulièrement à celle destinée à la jeunesse, avec la création d'un prix national.

 

Les descendants de Dostoïevski, Tolstoï, Pouchkine ont été invités à rejoindre l'Assemblée, en guise d'hommages. En espérant que la politique en vigueur à l'assemblée ne sera pas d'un autre temps : beaucoup se souviennent de l'Union des écrivains, initiative soviétique que l'Assemblée littéraire ne ferait que remplacer.

 

(via Publishing Perspectives)