Russie : un livre sur Staline et les goulags annulé

Clément Solym - 04.03.2009

Edition - Les maisons - livre - Staline - annulé


Orlando Figes est historien, éminent savant et reconnu. En sa qualité, son prochain livre portant sur Staline aurait dû être une perle que cet universitaire d'origine russe confectionnait avec prudence et amour. Ce sera bien le cas, mais le livre ne paraîtra pas en Russie. L'éditeur a annulé le contrat, du fait « de pressions politiques », considère l'auteur.

The Whisperers: Private Life in Stalin's Russia, ne sortira donc pas. Traitant de l'époque de la répression stalinienne, l'ouvrage pourrait être victime d'une plus vaste campagne de sabotage de la liberté dans l'édition du pays.

Des idéologues du Kremlin mèneraient en effet une campagne de réhabilitation de la mémoire de Staline, pour en faire un modèle, quoiqu'imparfait. Dans ce contexte, Orlando rappelle aussi qu'en décembre, des policiers armés et cagoulés ont fait une descente dans les locaux de Saint-Pétersbourg d'une organisation humanitaire. Une partie du travail de Figes reposait sur les archives qui y étaient abritées, et qui furent confisquées...

Contrôle idéologique de l'Histoire, et finalement des masses, qui oublient alors les erreurs du passé, si on les prive de mémoire, Orlando flaire que tout cela sent le coup fourré. « Cela renforce l'idée que la Russie doit être fière de sa tradition autoritaire », analyse-t-il, rapprochant l'intervention de Poutine qui avait reconnu Stalin comme terrible, mais ayant apporté des choses positives.

L'éditeur de son côté clame que la situation économique actuelle l'a fait refuser cette parution, alors que les échanges ont lieu entre l'auteur et lui depuis novembre. Selon les chiffres avancés par Orlando, qui revient sur les goulags, il estime qu'entre 1928, accession au pouvoir et 1953, mort de Staline, plus de 25 millions de personnes y auraient péri. Un huitième de la population russe.