Russie : Une seconde naissance pour le livre papier

Julien Helmlinger - 13.02.2013

Edition - International - Livre - Format papier - Seconde naissance


Le groupe d'édition Rosmir, constatant la tendance actuelle qui voit les lecteurs du monde entier se détourner du papier au profit du numérique, a réalisé un sondage auprès d'un échantillon du lectorat de Russie. Tandis que selon l'étude 70 % des Russes préféreraient l'ebook à l'imprimé, les experts interrogés par La Voix de la Russie annoncent quant à eux une révolution dans le secteur de l'édition. Et le bon vieux papier pourrait lui aussi renaître de ses cendres.

 

 

 Creative commons (CC by 2.0)

 

 

La Chambre du livre de Russie, organe national dévolu aux statistiques dans le secteur, constate les pertes touchant les éditeurs russes. Les tirages ont chuté de 12 % en l'espace d'une seule année, et les livres numériques comme audio semblent à première vue se substituer à l'imprimé... tandis que la télévision et les jeux vidéo auraient tendance à détourner le public de ses lectures.

 

Selon Andreï Petrov, rédacteur en chef de la maison d'édition Molodaïa Gvardia : « De façon générale, le monde est devenu informatisé. Tout le monde est sur Internet. La télévision numérique est partout. D'une part, Internet est une bonne chose – on peut avoir rapidement accès à une information – mais, d'autre part, il laisse beaucoup moins de temps à la lecture. Et les enfants, ils lisent de moins en moins en préférant regarder des DVD. C'est moins cher, mais ça nuit parce que l'imaginaire des enfants ne travaille pas. »

 

Si au cours des années à venir les ventes de livres imprimés risquent de continuer de chuter, ils ne devraient pas disparaître pour autant. Ce serait plutôt le marché qui risquerait d'évoluer, comme l'évoquait déjà Nicholas G. Carr, relayé par ActuaLitté au cours du mois de janvier. Certains observateurs imaginent un avenir dans lequel la grande littérature conserverait son format de papier et où des ouvrages « moins prestigieux » seraient plus souvent publiés en format numérique.

 

Andreï Petrov a ainsi ajouté : « Le livre papier sera traité avec plus de soin. Il y avait une époque où on avait une grande passion pour la lecture, mais le livre était perçu comme une marchandise qui peut être salie ou jetée. Aujourd'hui les bouquins coûtent cher… Les plus chers des ouvrages resteront en papier. »

 

Pour Larissa Vedenieva, responsable du département marketing et des relations extérieures de la librairie Biblio-Globous : « Un livre jetable est désormais dans le segment électronique. Des albums d'art imprimés sur un bon papier, des livres de recettes, des livres pour enfants resteront sur papier. Les psychologues disent que les enfants ne perçoivent pas bien des informations qui sont sous une forme électronique. Les enfants doivent avoir des livres papier.

 

Quant aux encyclopédies et dictionnaires, ils suivront l'exemple de l'Encyclopedia Britannica qui a cessé son existence papier pour être disponible uniquement sur Internet. C'est plus pratique. Mais le livre papier, il ne disparaîtra certainement pas. »