Saddam Hussein, dictateur décédé, publiera son premier roman à Noël

Cécile Mazin - 12.07.2016

Edition - International - Saddam Hussein roman - Hesperus roman Hussein - Sadam Hussein livre


Ce serait à se tordre de rire si l’histoire de l’Irak n’était pas si tragique. La maison d’édition britannique Hesperus Press a décidé de publier un ouvrage sans prétention, posthume, d’un jeune auteur prometteur. Son titre, Ekhroj minha ya mal’un, ne laisse pourtant pas préfigurer l’ampleur de la chose. C’est que ce roman est ni plus ni moins qu’une œuvre de Saddam Hussein. 

 

One Down, Two To Go

Adrian Wallett, CC BY ND 2.0

 

 

L’as de pique aurait donc écrit une fiction, suffisamment prometteuse pour qu’un éditeur se décide à l’imprimer et la commercialiser – après traduction, bien entendu. La littérature dictatoriale ne manque pas forcément, en fonction des pays que l’on examine, mais, là, on reste sans voix.

 

D’autant que l’éditeur vend son produit avec un aplomb déconcertant. D’abord, en termes marketing, le livre paraîtra en décembre 2016, pour commémorer l’exécution de l’ancien président irakien. Ensuite, le manuscrit a été sorti du pays par sa fille, Raghad, en 2003.

 

Quelque 186 pages qui devaient paraître en Jordanie en 2005, avant qu’il ne soit interdit. En 2006, l’éditeur japonais Tokuma Shoten envisageait de le faire paraître avec pour titre La Danse du diable – ce fut chose faite. Traduit également en turc, la maison britannique n’a pas donné de plus amples informations. 

 

En revanche, le livre est pitché avec un talent redoutable « Un mélange entre Game of Thrones et le style fiction de House of Cards », jure un porte-parole de la société. Il promet de nombreuses intrigues politiques, mais le secret sera préservé jusqu’à Noël. 

 

Hesperus avait besoin de se racheter une virginité après l’affaire qui, en avril 2015, l’avait contraint à cesser la commercialisation de Jonas Jonasson. La maison n’avait pas versé des droits d’auteur à la hauteur des ventes du livre, au Royaume-Uni. De la sorte, l’écrivain et son éditeur détenteur des droits pour la version anglaise du roman, Hachette Book US, entamaient une action en justice. 

 

L’histoire fut réglée dans le sang, et l’éditeur interdit de commercialiser le livre. Ce grand retour avec un livre de Saddam Hussein est donc une manière de remettre les compteurs à zéro ?

 

« Nous avions assuré que notre retour se ferait avec quelque chose d’intéressant, ainsi que nous le voulions. C’est la manière dont nous souhaitions aller de l’avant », poursuit le porte-parole. « Nous étions particulièrement inquiets que certains écrivains ne soient plus à l’aise à l’idée de s’associer à Hesperus, une fois que nous aurons fait paraître ce livre. Mais nous sommes politiquement neutres. Nous ne publions que ce que nous trouvons intéressant. »

 

Diantre. Il n’y avait donc rien de mieux qu’un roman de Saddam Hussein ?

 

via Guardian