Saddam Hussein : la fille du dictateur veut publier ses mémoires

Clément Solym - 29.05.2012

Edition - Société - Saddam Hussein - mémoires - Raghad Saddam Hussein


Raghad Saddam Hussein, fille du président resté 35 ans au pouvoir en Irak, veut publier les mémoires de son père et recherche activement un éditeur intéressé. Sans révéler aucune information sur le contenu de ces écrits, ou sur la période qu'ils couvrent, l'aînée des filles du dictateur exécuté en 2006 a confié ses intentions depuis la Jordanie, où elle est exilée depuis 2003, année de l'arrivée des troupes américaines en Irak.


L'avocat de Raghad Saddam Hussein, Haitham Nabil al-Hars, bien qu'un peu plus prolixe, n'a rien dévoilé de plus sur la teneur de l'ouvrage : « Il s'agit des seules mémoires que Saddam Hussein a rédigées de sa main, et elles seront publiées dès que nous aurons trouvé une maison d'édition. » Sa cliente est exilée en Jordanie, et toujours sous la menace d'un mandat d'arrêt en Irak, où elle est accusée d'avoir participé à des « activités terroristes ».


Bibliothèque Rouge ?


Saddam Hussein a déjà publié quatre romans sous son nom (aucun n'a été traduit en français) : Get Out, You Damned OneWalled FortressMen and the City et Zabiba and the King. Comme le rapporte le Guardian, la description de Zabiba et le Roi sur Amazon vaut le détour : « Zabiba et le Roi est une histoire d'amour allégorique entre un puissant roi (Saddam) et une humble, mais néanmoins belle jeune femme nommée Zabiba (le peuple iraquien). Zabiba est mariée à un homme cruel et insensible (les États-Unis) qui abuse d'elle. Ce viol est comparé à l'invasion de l'Irak par les États-Unis. »

 

Nul ne sait si Saddam a vraiment rédigé ces quatre romans, ou s'il a eu recours à un nègre. Cela dit, Saddam Hussein rédigeait régulièrement des lettres et des poèmes, dont quelques-uns furent publiés dans l'ouvrage Saddam Hussein : From An American Cell - This is What Happened, supervisé par l'ancien avocat du dictateur, Khalil al-Dulaimi. (voir notre actualitté) À l'époque, en 2009, Raghad Saddam Hussein avait vivement critiqué le point de vue adopté par l'auteur.