Saint-Germain : la librairie Pulp's Art restructurée à la rentrée

Antoine Oury - 09.07.2013

Edition - Librairies - Pulp's Art - librairie - 5e arrondissement Paris


Une nouvelle librairie fait les frais du contexte économique difficile, mais celle-ci n'est pas tout à fait comme les autres : depuis son ouverture en février 2011, la librairie Pulp's Art s'imposait comme une destination à ne pas manquer, en France et en Europe, pour les amateurs d'illustrations et de beaux livres. À la rentrée, le stock sera renouvellé et la direction de la boutique changée, en attendant des repreneurs.

 

 

La librairie, au 6 rue Dante (image Google Maps)

 

 

Le responsable anglophone de la librairie, Nick Parry-Jones, a signé un billet sur le blog de la boutique, intitulé « Breaking Bad News » et détaillant le programme des semaines à venir : « Je pense que nous nous sommes investis au maximum, mais, en dernière analyse, il semblerait que la clientèle ne soit pas suffisante pour justifier les investissements que la librairie requiert, je partirai d'ici la fin juillet et j'imagine que l'enseigne du magasin changera sous peu. » 

 

En effet, les propriétaires de la librairie rechercheraient une nouvelle orientation, pour maintenir l'activité jusqu'à ce qu'un repreneur se manifeste : « Évidemment, dans le contexte que l'on connaît, il n'y aura personne avant la fin de l'été », reconnaît Nick Parry-Jones.

 

 

Depuis 2011, Pulp's Art était l'une des rares librairies d'Europe à disposer de références étrangères, venues des quatre coins du monde, et proposait des titres pointus qui avait de quoi ravir les amateurs. Toutefois, l'import des ouvrages s'est révélé coûteux, et surtout peu rentable quand des sites de e-commerce, Amazon en tête, proposent des milliers de références en la matière.

 

« La librairie ne perd pas d'argent », explique Nick Parry-Jones, « mais nous avons atteint une sorte de niveau maximal du marché, et nous ne voyons pas comment le faire grandir ou faire mieux, et les rentrées d'argent permettent tout juste de survivre ». En septembre, le stock des produits sera donc renouvelé, privant la capitale d'une enseigne unique. Seule bonne nouvelle pour les amateurs, il devrait être possible de dénicher quelques affaires à saisir dans les bacs de la librairie.