Salariés chez Amazon : “Nous ne sommes pas des robots !”

Clément Solym - 29.04.2019

Edition - Société - Amazon livraison service - salariés Amazon travail - pénibilité Amazon employés


La perspective de Jeff Bezos, grand manitou d’Amazon, se dessine clairement : parvenir à réduire plus encore les délais de livraisons de ses colis. Pour ce faire, l’entreprise va injecter quelque 800 millions $ dans la fidélisation de ses clients Prime. Au détriment de qui ? Des employés, de toute évidence…

Amazon on Mars (The Economist, 21-27 juin 2014)
ActuaLitté, CC BY SA 2.0


Avec 3,6 milliards $ de bénéfices pour un chiffre d’affaires de 59,7 milliards $ sur le premier trimestre 2019, Amazon navigue dans la stratosphère. Des sommes historiques, mais pour lesquels l’entreprise demande encore et toujours plus de travail. La prochaine étape serait en effet de rendre la livraison en une journée l’option par défaut pour les clients Prime. On en recenserait près de 101 millions sur le territoire américain…
 

Salarié d'Amazon, une vie de rêve...


Dans son approche, on ignore encore s’il s’agit de modèle d’optimisation des livraisons, des solutions logistiques ou informatiques… Dans tous les cas, les salariés seront sollicités un peu plus encore. Et ce, alors que les témoignages et rapports, faisant état d’une exploitation déjà écrasante, se multiplient. 

Début avril, le Guardian tirait, une fois n’est pas coutume, les conclusions qui s’imposent : bosser chez Amazon doit à peine être plus agréable qu’un séjour en enfer. Blessures à répétition du fait de tâches répétitives : la santé des personnes n’est pas ménagée. Dans le même temps, la fortune personnelle de Jeff Bezos atteint 148,7 milliards $. 

Et pour autant, les arrêts maladie ne sont pas spécialement simples à obtenir : les travailleurs pourtant victimes de blessures sur leur lieu de travail auraient à se battre durant des mois pour obtenir gain de cause…

On se souviendra qu’en novembre 2018, le traitement des salariés avait conduit un syndicat de New York à s’opposer frontalement à l’entreprise. En dénonçant la pénibilité du travail, le président du Retail, Wholesale and Department Store Union, Stuart Applebaum, pointait alors tout le fonctionnement de la firme. Parce que l’exploitation interviendrait bel et bien à tous les niveaux : depuis les entrepôts jusqu’aux bureaux. 
 

Surveillance à tout crin : presser le citron


La productivité, mot d’ordre d’Amazon, est retracée et calculée pour obtenir le plus possible. « Le système d’Amazon suit le taux de productivité de chaque “associé” », délicat terme de novlangue pour désigner les personnes présentes dans les entrepôts. « Le système génère automatiquement des alertes ou des avertissements, selon la qualité ou la productivité, sans que les responsables n’interviennent », indique The Verge.
 
De son côté, le porte-parole et vice-président Brian Huseman promet qu’il fait bon de travailler chez Amazon, qui garantit « un lieu de travail sûr et climatisé », et a augmenté le salaire minimum à 15 $ de l’heure.

« Nous ne sommes pas des robots. Nous sommes des êtres humains. Nous ne pouvons pas arriver au boulot avec seulement quatre heures de sommeil et que l’on s’attende à nous voir pleinement opérationnels et prêts à travailler. C’est impossible », affirme Rashad Long, un salarié qui avait demandé la création d’un syndicat.
 
La stratégie d’exploitation minutieuse et de l’optimisation du moindre déplacement dans les lieux de stockage montre au contraire que signer chez Amazon n’a rien d’une promenade de santé. Engagez-vous, engagez-vous…


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.