Salman Rushdie : 25 ans de Fatwa et toutes ses dents

Julien Helmlinger - 14.02.2014

Edition - International - Salman Rushdie - Fatwa - Versets sataniques


Haut les coeurs. Outre celui des amoureux et l'autre des aficionados d'ActuaLitté, au moins un troisième 14 février reste à commémorer aujourd'hui. Vingt-cinq années se sont écoulées depuis que l'ayatollah Khomeini a frappé de fatwa l'écrivain Salman Rushdie, pour ses Versets sataniques. Si l'homme a survécu à cet anniversaire peu enviable, la liberté d'expression semble loin d'être tirée d'affaire.

 

 

CC by 2.0, par futureshape

 

 

Une fatwa prononcée en 1989, la critique littéraire semblait déjà avoir les dents longues en certains milieux fondamentalistes. « J'aurais souhaité avoir écrit un livre encore plus critique », allait confier plus tard, avec du recul, l'écrivain, qui aura traîné sa condamnation à mort pendant un quart de siècle. Une fuite qu'il aura relatée en 2012 dans son livre autobiographique Joseph Anton.

 

Cette même année 2012, le romancier Ian McEwan, qui avait offert un refuge à Rushdie après la sentence prononcée par l'ayatollah, se confiait lui aussi sur cette période : « L'excitation des médias était si intense qu'il était difficile de penser clairement. Des centaines de morts dans les émeutes, un éditeur tué, un autre se faisant tirer dessus, un traducteur poignardé et des livres brûlés de Bolton à Islamabad . Parfois, il est facile d'oublier le coût humain de la fatwa parmi les anecdotes ironiques de dîners clandestins... »

 

Salman Rushdie, le principal intéressé, n'est pas encore sûr aujourd'hui que cet épisode ait trouvé son véritable vainqueur. Il confie désormais qu'il se sent gagnant en un sens, son livre étant toujours en vente et lui-même toujours en vie. Mais l'écrivain précise néanmoins que « la peur et les menaces se sont  accrues ».

 

Si l'écrivain aurait des raisons, après tout ce temps, de penser que cette menace pesant sur sa tête perd en dangerosité, il estime toutefois que le risque est toujours bien réel. Tandis que cette semaine le livre de Wendy Doniger a été censuré en Inde, cet anniversaire reste tristement d'actualité.