Salman Rushdie et Stéphane Charbonnier : morts ou vifs, pour Al Qaida

Nicolas Gary - 03.03.2013

Edition - International - Al Qaida - Salman Rushdie - Stéphane Charbonnier


La dernière édition du magazine d'Al-Qaida en langue anglaise verse dans le sordide. Publiée ce 1er mars, elle présente une liste de personnalités, sur le modèle Dead or Alive. Des gens choisis sans trop d'explications, et pour lesquell le programme est simple : « A Bullet A Day Keeps the Infidel Away. »

 

 

 

 

Les revendications sont toujours aussi simplistes et motivées par la haine : « Défendre le prophète Mohammed, que la paix soit avec lui. » Et pour garantir la sécurité de l'intéressé, le magazine propose donc une liste de personnes accusées de crimes contre l'islam. 

 

Molly Norris, Ayaan Hirsi Ali, Flemming Rose, Morris Swadiq, Girt Wilders, Lars Vilks, Stephane Charbonnier, Carsten Luste, Terry Jones, Kurt Westergaard et Salman Rushdie... 

 

Présentée sans aucune explication ; on y retrouve toutefois des gens qui se sont montrés critiques à l'égard de l'islam, et plus particulièrement contre les extrémistes.  Les noms, pour certains, sont mal orthographiés, et brassent à peu près tout ce que l'on peut trouver : politiques, intellectuels, journalistes, écrivain...

 

Retrouver Stéphane Charbonnier, le rédacteur en chef de Charlie Hebdo, à qui l'on doit de nombreuses caricatures de Mahommet - et dont la rédaction a essuyé plusieurs attaques pour cela - aux côtés de Salman Rushdie est tout de même saisissant. 

 

« Si on commence à céder sur un détail, c'en est fini de la liberté de la presse et s'il faut tenir compte du contexte, le contexte mondial ne sera jamais favorable à rigoler de l'islam radical ou des religions en général. Si on tient compte du contexte, on ne parlera plus de rien, la presse satirique est condamnée et c'est foutu », expliquait Charb, en décembre dernier...