Salon du livre 2010 : Ecrivains en terre inconnue, un mystère

Clément Solym - 28.03.2010

Edition - Les maisons - ecrivains - terre - inconnue


Un des temps forts du Salon a été cette rencontre entre Emmanuel Carrère, Paul Auster et Enrique Vila-Matas, 3 écrivains qui se respectent par ailleurs énormément.

L'arrivée des écrivains s'est effectuée sous des applaudissements d'un public connaisseur en nombre, impatient d'assister à cette rencontre. Emmanuel Carrère, très honoré de se retrouver entre M. Auster et Vila-Matas, rappelle qu'Un roman russe possède un point de départ réel, un reportage traitant d'une histoire datant de 2000.

L'histoire d'un soldat de guerre hongrois de 18 ans qui pourrait être issu d'un livre de Vila-Matas ou de Paul Auster ! Enrique Vila-Matas apparaît dans le dernier roman de Paul Auster, Invisible. De nouveau, l'ambiguïté des personnages qui peuplent leurs fictions réunissent leurs auteurs.

Enrique Vila-Matas tente avec ses romans de mettre en place un nouveau monde concret qui tient à l'ambiguïté de la réalité de ses personnages. Samuel Riba qui habite Dublinesca s'aperçoit que la réalité n'est pas unique. Il possède plusieurs identités un peu comme Bob Dylan dans le film de Todd Haynes I'm not there.

L'écrivain catalan se considère comme un auteur d'essence réaliste et précise que l'existence de Dieu est le véritable sujet de tout roman, en créditant Georges Steiner. Il n'en fallait pas moins pour faire sourire Emmanuel Carrère, auteur de la biographie du mystique Philip K. Dick.

Emmanuel Carrère a une grande foi dans l'élan de la fiction qui pousse l'écrivain à raconter une histoire. Un élan romanesque qui ne s'embarrasse pas de distinguer ce qui est réel et ce qui ne l'est pas, à la manière du documentaire et de la fiction au cinéma, bien souvent très imbriqués.

Enfin, les trois auteurs confessent lire un peu moins de fiction (avec l'âge !). Paul Auster avoue que « cela fait du bien de lire des choses sur la réalité. Surtout lorsqu'on est écrivain et qu'on passe sa journée dans un monde imaginaire. »