Salon du Livre : la Mutualité française et les livres

Clément Solym - 17.03.2008

Edition - Les maisons - Mutualité - française - livres


Il est toujours intéressant de découvrir une initiative hors-norme, et celle de la Mutualité française mériterait que l'on s'y arrête un moment. D'ailleurs, arrêtons-nous... Qu'est-ce que la Mutualité, tout d'abord ? Eh bien une fédération qui regroupe 95 % des mutuelles et complémentaires santé de France, dont les bénéfices servent à des réalisations sanitaires et sociales.

Tirant ses origines de mouvements nés au XVIIIe ou XIXe siècle, elle assure également auprès des mutuelles — qu'elle représente au niveau national — une assistance en communication, conseil juridique et service. Bref, de bons gars.

Oui, mais il dit qu'il ne voit pas le rapport...

Oui, mais voilà quel rapport avec les livres ? Lancée depuis 20 ans dans l'aventure de l'édition, tout d'abord avec des ouvrages historiques sur les origines de son parcours, mais également pour des ouvrages scientifiques de spécialistes, la Mutualité a décidé par la suite de passer à des ouvrages de vulgarisation. Aujourd'hui, les partenariats se négocient avec de grands éditeurs, mais il n'en a pas toujours été ainsi.

« On a connu une période de quasi-publication à compte d'auteur, nous explique Bruno Taillefert, chargé de la communication et de l'information. En clair, nous amenions le livre, et l'éditeur se contentait du rôle d'imprimeur, à qui nous rachetions tout le stock. » Pas très valorisant finalement.

  Par la suite, la donne a changé : « Nous avons signé avec Librio un contrat bien plus stimulant. En l'échange d'un apport forfaitaire fixe que l'on peut qualifier de dérisoire, nous apportons un livre et chacune des parties prend les risques de l'édition. Ils s'occupent alors de la diffusion, et de la promotion, choses auxquelles nos précédentes expériences ne nous avaient pas habitués. Quel que soit le nombre de tirages, la somme que nous investissons ne varie pas. Et finalement, l'un comme l'autre, nous en tirons une grande satisfaction. »

La Mutualité militante des livres

Plusieurs livres ont ainsi connu un succès pas vraiment d'estime et l'on peut apercevoir dans les étals Le guide du bébé, vendu à 40.000 exemplaires, et qui a reçu le Prix Prescrire 2006. Cette récompense est attribuée par une revue de médecins, plutôt contestatrice et qui est la seule à ne pas être soumise aux laboratoires. « Une récompense pour laquelle nous n'avons pas postulé puisque c'est la revue qui choisit ses lauréats, et non un éditeur qui postule... »

Une autre initiative touche au monde noir du polar, orienté vers les milieux médicaux. « Nous proposons à des auteurs d'écrire sur un thème, nous leur fournissons la documentation pour que leur roman soit consistant et fiable et les livres sont ensuite édités par Fleuve Noir », précise Madjid Cherifi. « Nous avons d'ailleurs des auteurs dont la plume est connue, comme Éric Giacometti, Gerard Delteil ou Paul Couturiau. » Le succès de cette collection particulière est tel qu'ils reçoivent même des manuscrits envoyés par des auteurs aspirant à la publication.

Et rien pour les jeunes ?

Enfin, signalons une nouveauté qui devrait faire son petit bonhomme de chemin. Une collection jeunesse santé qui, sur fond de pédagogie discrète, se profile comme un roman, enrichi d'illustrations de Sato. « Nous visons bien sûr les ados et pré-ados avec ces livres. Ils intègrent des éléments qui parlent des angoisses ou des risques de telle ou telle pratique, et sans verser dans le cours de biologie, parviennent à apprendre quelque chose, d'une façon ludique et presque inconsciente. »

Ici, on a oublié qui s'était déclaré « Assureur militant », mais on croit avoir plutôt bien saisi ce qu'est une Mutualité dynamique...