Salons, foires, librairie : un nouvel essor pour la littérature en Somalie

Cécile Mazin - 27.07.2016

Edition - International - Somalie librairies livres - salon livre Somalie - Mogadiscio culture lecture


Le marché du livre en Somalie n’est pas nécessairement connu ni reconnu. Pourtant, il connaît des évolutions qui, au cours des derniers mois, indiquent une croissance de l’activité. Des librairies ont ouvert leurs portes, et plusieurs salons, à travers le pays, donnent plus de dynamisme à l’activité. 

 

IMG_5831

Mogadiscio - Heimo Liendl, CC BY ND 2.0

 

 

Ce 23 juillet s’est ouverte la Foire internationale du livre d’Hargeisa, pour sa 9e édition. Dans quelques jours, une seconde manifestation sera proposée, à plus de 650 km de la capitale administrative, dans la région de Puntland. Et une troisième approche, pour le mois d’août, dans la capitale balnéaire de Mogadiscio. La deuxième édition d’une foire internationale, rien que cela...

 

Trois salons, dans trois régions d’un territoire presque aussi grand que la France, mais avec des enjeux et des difficultés bien plus importantes. Les foires et salons sont devenus des lieux de rencontres, pour que les auteurs puissent rencontrer les lecteurs, partager leurs textes et la culture qu’ils véhiculent. 

 

La langue somalienne n’a pas eu d’orthographe fixée avant 1972 : la parole écrite, dans un monde de tradition orale, n’avait pas vraiment de place assignée. Ni particulièrement privilégiée. 

 

Et désormais, les salons en sont arrivés à pouvoir se concurrencer : Hargeisa donne la réplique à Mogadiscio. Avec 30 écrivains et 3000 visiteurs, la manifestation a fait exploser les compteurs de littératie. La ville ne dispose ni de bibliothèques publiques ni de librairies. La Foire permet alors la rencontre avec les livres, leur commercialisation – 30.000 exemplaires étaient présentés.

 

Le tout au milieu d’un pays où les nouvelles générations vivent avec les vestiges de guerres anciennes et de conflit permanents. Avec 435 $ de revenu par habitant, le chômage des jeunes frappe 67 % de la population et le pays reste classé comme le 5e plus pauvre du monde. 

 

 

 

 

À Mogadiscio, la première librairie véritable s’est ouverte, à l’initiative de Mohamed Dubo, voilà trois mois. Un vieux rêve, expliquait-il, d'une dizaine d’années, que d’inaugurer dans la capitale somalienne un véritable établissement. 

 

C’est en Asie qu’il a dû voyager pour acheter les quelque 20.000 livres qui constituent son stock, avec un catalogue de 7000 ouvrages. Plus des deux tiers touchent à la romance, aux biographies et autobiographies, ou encore au développement personnel. 

 

Si les besoins sont réels, pour la population, l’entreprise est avant tout un acteur « socialement responsable », avant de chercher une perspective de rentabilité immédiate...

 

via QZ