Sanction disciplinaire pour un professeur qui n'appliquait pas la réforme

Clément Solym - 25.07.2009

Edition - Société - enseignant - désobéissant - école


L’organisation de l’aide personnalisée au primaire a rencontré l’opposition d’un grand nombre de professeurs des écoles. Certains sont allés jusqu’à refuser purement et simplement d’appliquer les réformes mises en place dernièrement. Pour être allé jusqu’à cette extrémité, un enseignant du primaire, dans l’académie de Toulouse, Alain Refalo, vient de se voir infliger une sanction disciplinaire de catégorie 2.

En d’autres termes, il en résulte pour lui de lourdes conséquences financières. Abaissé d’un échelon, avec en plus un refus de promotion, l’enseignant devrait perdre autour de 7000 euros sur les quatre prochaines années. Pourtant, ce dernier a continué à remplir pleinement son service devant les élèves.

Le comité de soutien monté autour de cet enseignant de l’école de Colomier (Haute-Garonne) dénonce cette sanction de la commission disciplinaire qui va bien trop loin. Dans une lettre, Alain Refalo explique et justifie son engagement : « cette action de désobéissance pédagogique qui s'est essentiellement cristallisée sur le dispositif de l'aide personnalisée, a permis à des milliers d'enseignants du primaire d'en montrer toute la perversité et l'inefficacité ».