medias

Sans réglementation, le commerce du livre au Québec est menacé

Antoine Oury - 05.06.2013

Edition - International - Québec - librairie - prix du livre


Le tout se passe au Québec, mais ce n'est plus un océan qui pourrait séparer le marché du livre de son homologue français : rien n'est encore acté, mais l'Assemblée nationale du Québec annonce une commission parlementaire sur la réglementation du prix de vente des livres neufs. Celle-ci répond à une large inquiétude interprofessionnelle quant à la situation des librairies, critique au Québec comme ailleurs.

 


Assemblée nationale du Québec

L'Assemblée nationale du Québec (abdallahh, CC BY 2.0)

 

 

Dès la mi-mai, plusieurs associations professionnelles interpellaient le gouvernement sur la situation des librairies, particulièrement les établissements indépendants : « Il y a une grande nervosité dans tout le milieu du livre au sujet de l'état de santé précaire des librairies, particulièrement les indépendantes. Le plus troublant, c'est que le gouvernement ne donne aucun signe qu'il est conscient de l'urgence de la situation. Le fait de repousser constamment la tenue de la commission parlementaire sur la réglementation du prix du livre en est un bon indice. Pourtant, il y a péril en la demeure ! », s'alarmait ainsi le président de l'Association nationale des éditeurs de livres (ANEL) Jean-François Bouchard.

 

L'Association des libraires du Québec (ALQ) et l'Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ) emboîtaient le pas à l'ANEL pour préciser les attentes de toute la profession : en somme, le respect strict de la Loi 51. Cette fameuse loi de 1979 a façonné le marché du livre au Québec, en réglementant des domaines comme l'acquisition des livres par les institutions ou encore le montant de la remise accordée par les distributeurs aux librairies agréées par le gouvernement.

 

Le nombre d'établissements agréés, en hausse depuis 1983, a commencé depuis 2000 un déclin qui inquiète le secteur. Le gouvernement se serait donc rendu compte de la situation, et la profession appelle de ses voeux des changements majeurs : « La commission revêt en soi un caractère historique dans la mesure où les enjeux du livre n'ont jamais fait l'objet d'une telle attention au Québec », explique ainsi l'Association des Libraires du Québec.

 

Un prix unique, repoussoir d'Amazon

 

La commission sera mise en place dès le 19 août prochain, sous l'oeil bienveillant du ministre de la Culture Maka Kotto : « Il est impératif que cette perspective réglementaire fasse l'objet d'un débat public tout en gardant à l'esprit que le livre reste la plus importante industrie culturelle au Québec, avec des ventes évaluées à près de 800 M$ par an. En outre, notre objectif est de fournir le meilleur accès au livre pour les citoyens, de veiller à sa diversité ainsi qu'à la vitalité des acteurs québécois de la chaîne du livre » a déclaré ce dernier.

 

Et la solution que chacun appelle de ses voeux n'est ni plus, ni moins qu'un prix unique du livre, qui concernerait toutes les ventes sans distinction. En effet, un prix de vente du livre, limité aux nouveautés et dans un délai de neuf mois après leur parution, serait dans les cartons de la commission. Même dans ce cadre, une marge de rabais de 10 % serait encore accordée, soit le double de ce que la réglementation française permet. Passé ces 9 mois, le tarif serait laissé bien plus libre qu'en France, au bon vouloir du revendeur.

 

« Sans réglementation, le commerce du livre au Québec finira par tomber entre les mains d'un oligopole constitué de 3 ou 4 entreprises multinationales », souligne Pascal Chamaillard, président de l'Association des distributeurs exclusifs de livres en langue française (ADELF) dans le communiqué de l'ALQ. Ce sont donc bien Amazon, Apple et consorts qui font réagir les sept associations interprofessionnelles qui suivent de très près le dossier...

 

Si « l'avénement du livre numérique » est cité comme contexte défavorable, aucune information sur une réglementation du prix de ce dernier n'est révélée dans les différents communiqués...




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.