São Paulo : la polémique autour des biographies non-autorisées

Clément Solym - 23.08.2012

Edition - Justice - Paulo César - Ruy Castro - Roberto Carlos


En 2007, le chanteur brésilien Roberto Carlos avait lancé un double procès pour interdire les ventes de Roberto Carlos em detalhes, la biographie non autorisée écrite par Paulo César de Araújo, chez Planeta. Et l'amendement 20 du code civil est stricte « sauf autorisation la publications de livres ou même l'utilisation d'images d'une personne peut être interdite et, s'il est publié, aura droit à une indemnisation ».

 

Une vieille affaire certes, mais un cas parmi d'autres, dont chacun s'est souvenu à la Biennial School de São Paulo, à nouveau secouée par la controverse. Disons que ce sont plutôt les avocats et les éditeurs qui ont relancé le combat la semaine dernière, avec le concours de l'association The National Book Publishers Union, qui a lancé une pétition jugeant la loi anticonstitutionnelle.

 

En décembre 2006, Roberto Carlos avait en effet déclenché deux procès en justice, l'un contre la maison d'édition et l'autre contre l'auteur. Sorti victorieux dans les deux cas, la décision finale interdisait la publication et la vente du livre. La biographie non autorisée demeurait cependant piratable. 

 

Le chanteur avait déclaré qu'il brûlerait les copies en cas de perte des procès. Dans cette affaire, la nuance réside dans le fait qu'à aucun moment les avocats n'ont fait valoir des faits détournés et inexacts. Le contenu se basait sur des entretiens réels, entre le chanteur et plusieurs personnalités publiques, issus de reportages largement diffusés avant la biographie.

 

Le travail du journaliste avait donc été interdit non pas pour diffamation et déformation des faits, mais en vertu d'une sauvegarde de la vie privée.  Mais d'après le député Pedro de Araújo Lima, il est nécessaire de garantir le droit d'accès à l'information sur des personnalités publiques : « Ils ont joué un rôle central dans la société, nous avons besoin de ces récits ».

 

Une autre députée brésilienne Manuela d'Avila, considère que l'article dénature l'esprit des garanties individuelles et collectives « Les désaccords entre le biographe et la biographie doivent être examinés à la lumière des faits et non pas uniquement pour leur entreprise d'élimination ».

 

En 2008, la Chambre des représentants voulait mettre fin à la controverse, par la proposition d'une modification de la loi en question, présentée par l'ancien député Antonio Palocci. Celle-ci voulait modifier l'article en distinguant personnalité publique et privée.

 

Le journaliste Ruy Castro avait également connu quelques déboires pour publier Lone Star sur la vie du footballer Garrincha, interdit pendant un an de décembre 1995 à novembre 1996, suite à un procès intenté par ses filles.

 

Gros Clash : « I fought the law and...The Law won ?! »