Sarah Palin a-t-elle tenté de censurer des livres durant son mandat de maire ?

Clément Solym - 09.09.2008

Edition - Société - Sarah - Palin - censure


Sarah Palin est devenue maire de Wasilla en Alaska et aurait dès lors décidé de faire interdire une longue liste de livres, ciblés et que le Librarian.net aurait réussi à se procurer. Sauf que cette dernière ne peut-être que fausse si l'on prend en compte qu'au moins quatre livres de Rowling n'étaient pas sortis en 96, quand la mairesse a pris ses fonctions.

Excellente réputation... selon John McCain

John McCain avait dit d'elle qu'elle jouissait d'une excellente réputation, mais durant sa prise de fonction, Sarah Palin a injecté dans la communauté ses croyances religieuses, à travers la politique qu'elle menait pour la ville. « Elle a demandé à la bibliothèque comment il serait possible d'obtenir l'interdiction des certains livres », expliquent les journaux.

L'établissement de la ville est vite devenu un centre d'intérêt pour les journalistes et les blogueurs qui ne manquent pas de suivre les procédés de Sarah, qui aura incendié - au figuré - une bibliothécaire ayant soutenu officiellement son opposant, pour finalement la licencier en 1997.

Avoir censuré, ou ne pas avoir censuré ?

Et le monde s'embrase désormais pour savoir si la mairesse, qui a quitté son poste en 2001, a imposé sa censure dans l'établissement durant son mandat, les uns soutenant que oui, les autres se refusant à une telle vision. Et comme elle est soutenue quelque peu par le candidat McCain (un porte-parole a nié en bloc que Sarah ait pu demander de bannir des livres), l'affaire prend feu.


Au point que certains journaux n'hésitent pas à titrer : « Quelle est la différence entre Palin et des musulmans fondamentalistes ? Le rouge à lèvres. » D'autant que de son côté, la bibliothécaire Mary Ellen Emmons déclare formellement que « Pallin lui a demandé purement et simplement si elle pouvait pratiquer la censure sur les livres de la Bibliothèque de Wasilla ».

Le langage, base des maux

Selon plusieurs témoignages, les livres concernés par cette hypothétique censure l'auraient été du fait d'un langage qu'elle estimait inapproprié. Cela ne manquera pas de rappeler comment l'éditeur Random House a décidé de nettoyer un de ses ouvrages, en remplaçant le terme 'con' par 'idiot'.

Le tout pour ne pas choquer les yeux du public jeunesse...