Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Sarko, Fillon ou Zorro et Bernardo : Allègre tacle dans le sens du poil

Clément Solym - 13.01.2012

Edition - Société - Sarkozy - Claude Allègre - Fillon


Nous étions prévenus, des tonnes et des tonnes d'ouvrages politiques pour la rentrée 2012. Sarko ou le complexe de Zorro, le livre de l'ancien ministre, Claude Allègre sort le 19 janvier chez Plon. Le titre est trompeur, pas d'anti-sarkozysme au programme mais selon les mots de son auteur un ouvrage « équilibré », qui s'attarde sur le bilan positif du président.

 

Le complexe de Zorro, titre énigmatique qui laisse entendre pour les détracteurs du président, une lecture passionnante. Qu'est-ce donc que ce complexe de Zorro? Si l'on résume brièvement, Zorro se révèle très efficace lorsqu'il s'agit de prendre des décisions rapidement, dans les situations les plus critiques. Une réactivité du feu de dieu selon Claude Allègre.

 

 

Problème, Zorro n'est pas une personne qui délègue, et la seule personne qui l'accompagne est son fidèle serviteur Bernardo. Et ce dernier n'est pas à proprement parler une personne des plus charismatiques (mutisme prononcé, discrétion,...). Et selon Claude Allègre, de Bernardo à François Fillon, il n'y a qu'un pas. En clair Zorro, enfin Sarko est un homme qui agit seul, trop, mais qui n'est pas forcément gâté par une opinion publique jugée « conservatrice ».

 

Chanceux Claude Allègre, le président de la Réublique aurait trouvé du temps de le lire selon Le Point. Et l'avis de Nicolas Sarkozy est sans appel, « intelligent, mais sévère ».

 

Sévère, pas sûr. Le Point révèle quelques extraits de l'ouvrage : « Ses principaux atouts ? Le courage, l'adresse, le sens de l'astuce, et surtout la rapidité dans ses prises de décision. […] Mais Zorro est un héros solitaire : il agit seul et savoure seul sa gloire ». On a connu plus rentre dedans... Peut-être Nicolas Sarkozy attendait-il un ouvrage qui abonde en son sens, sans ambiguïté car les deux hommes sont en très bons termes...

 

Retrouver ce livre, sur Comparonet

 

Sans ambiguïté, l'ancien ministre socialiste ne l'est pas. Dans ce livre, il indique : « Si j'avais à voter demain matin, je voterais Sarkozy car je le crois mieux capable de résister à la crise qu'un Hollande hésitant ». Un livre faussement pas gentil, ou gentil mais pas trop ? Les lecteurs trancheront.