Sarkozy va annoncer les grandes lignes de la réforme des lycées

Clément Solym - 13.10.2009

Edition - Société - sarkozy - lignes - directrices


C'est aujourd'hui que Nicolas Sarkozy doit annoncer les grandes lignes de la réforme des lycées. Celle-ci avait été entamée en 2008 mais avait dû être abandonnée devant les manifestations des lycéens et des enseignants.

Le gouvernement avait alors demandé à Richard Descoings de se déplacer dans les lycées pour discuter avec les intéressés et faire un bilan de la situation et des attentes de chacun. Le rapport de Descoings a été rendu en juin dernier, et le gouvernement devrait suivre ses principales recommandations.

Cette réforme touchera plus de 1,4 million d'élèves. Il faut savoir aussi que près de la moitié des lycéens de la filière générale optent pour le bac S (scientifique) sans forcement envisager d'études de sciences par la suite mais simplement parce que c'est le cursus le plus valorisé. Un tiers de la filière générale opte pour un bac ES (économique et social) et seulement 17 % pour le bac L (littéraire).

Un des objectifs sera de revalorisé la filière professionnelle mais aussi la section littéraire et de rééquilibrer les différents cursus tout en permettant plus perméabilité entre eux. L'oral devrait être renforcé dans l'enseignement des langues étrangères, les suppressions de postes oubliées et le système d'orientation revu.

Le système d'orientation actuel est très largement critiqué. La classe de seconde qui est le premier pas vers une orientation en filière générale est la plus redoublée dans le secondaire avec 15 % de redoublants.

Enfin, on reproche au lycée de ne pas assez bien préparer aux études supérieures, à peine plus de la moitié des bacheliers inscits en première année de licence obtiennent leur diplôme en 3 ou 4 ans, indique l'AFP.

Chose étonnante quand on sait que les lycéens français sont parmi ceux qui ont le plus de temps de travail avec 40 à 50 heures de travail par semaine (cours et travail à la maison confondus). Nicolas Sarkozy compte relever le niveau. Il a déclaré qu'il est « absolument capital que nous ayons les meilleurs lycées d'Europe, comme nous devons avoir les meilleures universités d'Europe », révèle l'AP. Les syndicats d'enseignants et les organisations lycéennes attendent le gouvernement au tournant.