SAS : Le prince Malko orphelin de Gérard de Villiers

Nicolas Gary - 01.11.2013

Edition - Société - Gérard de Villiers - décès - SAS


Ses romans d'espionnage ont fait le bonheur de générations entières, et le prince Malko, son personnage central aura eu l'occasion de vadrouiller à travers le monde. Écrivain, journaliste et éditeur français, Gérard de Villiers est né le 8 décembre 1929 à Paris. 

 

 

SAS Gerard de Villiers Plon

hertbeaz, CC BY 2.0

 

 

« On lui avait diagnostiqué un cancer du pancréas avec des métastases au foie.Sur les dernières semaines, il restait conscient mais très fragile. C'est exactement la mort qu'il ne voulait pas », a expliqué Christine de Villiers, sa dernière épouse, qui dirige aujourd'hui la maison d'édition. 

 

Le premier ouvrage, la saga SAS, est sorti en 1965, avec une aventure à Istanbul.  « Je suis resté journaliste, affirme Gérard de Villiers. Mes livres sont d'abord des reportages décrivant des faits réels. Dans Djihad, par exemple, 90 % de ce que j'écris est exact », expliquait l'auteur. Et par la suite, ce sont quatre à cinq tomes qui sortaient annuellement, avec des ventes entre 100 et 150.000 exemplaires en moyenne. C'est l'avocat du romancier, Me Éric Morain qui a donné l'information, via Twitter. 

 

 

 

Interrogé par TF1, ce dernier ajoute : « Il a voyagé dans tous les pays du monde pour écrire ses livres, il partait 15 jours, puis revenait et s'enfermait à nouveau 15 jours pour écrire son nouveau SAS. Il est certainement le Français qui a vendu le plus de livres au monde. Il avait un incroyable talent prédictif et était l'ami des services secrets du monde entier, dont il plaçait des messages dans chacun de ses livres »

 

Durant cinquante années, l'auteur a mêlé sexe, espionnage et voyages à travers le monde dans des romans d'enquêtes, qui ont commencé par la Guerre froide. Un James Bond à la française, qui progressivement s'est orienté vers des affaires de terrorisme.

 

À l'AFP, il explique que ce décès survient après une longue maladie. L'annonce depuis le réseau social découle d'une volonté propre de l'auteur. « Il avait souhaité que son décès soit annoncé comme cela », précise l'avocat. 

 

Difficile de dire combien de livres SAS ont été vendus à travers le monde, expliquait dernièrement l'auteur. « Sans doute entre 120 et 150 millions, tous pays confondus. »

 

Ce sont 200 ouvrages SAS qui ont été publiés, tournant autour des pérégrination de Malko Linge, agent de la CIA et prince autrichien. Les faits qu'il racontait étaient parfois si proches de la réalité que le New York Times l'avait qualifié de romancier le mieux renseigné de la planète.

 

Le mythe littéraire veut qu'à force d'employer l'expression "un ange passe", dans ses livres, il en aurait finalement été le créateur.