Saviano, le plagiat, l'Italie et les conflits

Clément Solym - 03.04.2009

Edition - Société - Saviano - plagiat - Gomorra


L'affaire avait été portée devant les tribunaux après que Roberto Saviano a été accusé de plagiat par un journaliste qui lui reprochait d'avoir abusé de son travail pour la rédaction de Gomorra.

« Tout ce que j'avais écrit pour le journal [...] a été légèrement transformé, et dans certains cas, transposé intégralement, sans citer la source, pour donner vie à un livre que beaucoup ont salué comme un travail inédit », expliquait le journaliste Simeone Di Meo.

Et voilà que soudain, l'Italie s'offusquerait presque de ce livre, plusieurs témoignages apportant la preuve que même des investisseurs refusent désormais de se rendre dans la région du livre, de crainte de risquer leur vie.

Si l'on attendra le jugement pour savoir ce qu'il en est de cette affaire de plagiat et la date du 7 juillet à Naples, l'auteur de Gomorra une fois de plus devient la victime des circonstances, estimant qu'on souhaite le voir « à genoux », avec cette affaire de copie illégitime.

En voyage permanent pour fuir la pression italienne, il est intervenu sur Rai 3 le 25 mars dernier : 4,5 millions de téléspectateurs se sont rués pour l'entre dire, avec Paul Auster et David Grossman face à lui, que cette intention de délégitimer son travail le terrorisait.

Alors cet exil, auparavant envisagé pour fuir les représailles de la mafia, voici qu'il se présente désormais comme la possibilité d'une autre vie. Se peut-il réellement que cela suffise pour offrir une chance de poursuivre ? Simone, de son côté, ne réclame que son dû et surtout que l'auteur cesse de prétendre que les critiques fusant contre lui ne viennent que de la mafia...