Scandale en Allemagne : la publicité dissimulée gangrène l'édition

Antoine Oury - 06.02.2015

Edition - Les maisons - Heel Verlag Hoffmann und Campe - Monitor Allemagne scandale - livres publicité dissimulée


L'émission Monitor, sur la chaîne allemande Das Erste, vient de réaliser un coup fameux : elle a déniché trois publications particulièrement représentatives d'une pratique méconnue de l'édition. La publicité dissimulée aurait la cote chez les éditeurs allemands, et permettrait de toucher un bon pactole sans qu'il soit nécessaire d'avertir le lecteur.

 

« En tant que produit culturel, le livre est considéré comme particulièrement crédible. Mais cette crédibilité va être considérablement malmenée. La raison : contrairement à la presse, la publicité et les messages commerciaux n'ont pas besoin d'être présentés comme tels dans les livres », annonce le Monitor, sûr de son effet.

 

Dès lors qu'une société paye un journal pour un espace au sein des publications, cela est signalé par une formule particulière, comme dans le cas d'un billet sponsorisé, par exemple. Nul besoin d'indiquer la participation d'une société, dans le cadre d'un ouvrage, rappelle ainsi le média allemand. Trois livres sont utilisés par l'émission pour prouver ses dires.

 

Le premier, Papas neuen Truck, est un livre jeunesse publié par la maison Heel Verlag, et comporte des camions de la marque Mercedes-Benz Trucks, clairement visible sur les dessins proposés dans l'ouvrage. La collaboration entre la maison et la marque est assez visible toutefois, puisqu'une page lui est consacrée sur le site de Daimler, propriétaire de Mercedes-Benz. Mais que la publicité se fasse au sein d'un livre pour enfants est particulièrement mal vu.

 

Le Deutscher Rat für Public Relations (DRPR), sorte d'autorité qui contrôle l'éthique en matière de communications et de relations publiques en Allemagne, a vivement critiqué l'ouvrage jeunesse. Comme l'explique Günter Bentele, son directeur, la cible, autrement dit les enfants, est clairement manipulée car l'image seule permet la publicité.

 

Les deux autres ouvrages mis en cause ont été publiés par la maison Hoffmann und Campe, prestigieux éditeur fondé en 1781. La biographie Reinfried Pohl - Der Doktor, der Kämpfer, der Sieger aurait été commandée par la firme de conseils financiers Deutsche Vermögensberatung, dirigée par, cela n'étonnera personne, Reinfried Pohl lui-même. Histoire d'en rajouter, la biographie est signée par Hugo Müller Vogg, journaliste et biographe chevronné, désormais soupçonné de sévères conflits d'intérêts.

 

Enfin, c'est un roman qui vient clore le panorama : Revier im Wandel, une saga minière rédigée par Rafael Seligmann et publiée aussi chez Hoffmann und Campe, aurait été intégralement financé par la RAG Aktiengesellschaft, entreprise spécialisée dans l'exploitation des mines de charbon dans la Ruhr. Aujourd'hui, RAG s'est diversifiée dans le domaine de l'énergie, du bâtiment, de la chimie et de l'immobilier (voir Wikipédia) et la saga de Seligmann évoque justement une belle histoire de modernisation de la Ruhr...

 

RAG s'est défendu en expliquant que l'ouvrage était destiné à ses seuls employés, mais qu'il avait ensuite été mis en librairies face à leur bon accueil... La maison Hoffmann und Campe n'a pas voulu faire de commentaires suite aux trouvailles du Monitor.

 

(via Buchreport)