Scandale News of the World : l'édition britannique sous surveillance

Clément Solym - 26.10.2011

Edition - Justice - écoutes téléphoniques - Angleterre - agents littéraires


Les petites affaires de fadettes qui agitent notre plateau de fromages de pays ont un étrange écho outre-Manche, avec la mise sur écoute de plusieurs personnalités. On savait qu'une JK Rowling, entre autres, avait été victime de cette surveillance, mais désormais d'autres noms s'ajoutent aux listes...

 

En effet, au moins deux agents - celui de Linda McCartney, ou encore celui de Katie Price et Jade Goody, ont été informés par les autorités qu'ils étaient tombés sous le coup de cette surveillance téléphonique. Peter Cox, le premier, et John Blake, le second, ont témoigné toute leur indignation devant ces pratiques d'un autre âge. Et pourtant...

 

Pour Cox, c'est de la violation de vie privée, « comme de retourner chez mois et trouver que l'endroit a été cambriolé ». Et quand ça arrive aux autres, on le comprend, mais quand on est soi impacté, la réalité prend un tout autre aspect.

 

D'autant plus que durant cette période, il était en négociation pour un contrat important, une série d'un montant de six chiffres, avec publicité télévisée sur des chaînes nationales...

 

L'intrusion semble d'autant plus désagréable.

 

Mais pourquoi avoir fliqué des agents littéraires, qui plus est de stars de ce genre ?

 

La question est bonne, merci de la poser, mais n'a pas encore de réponse. Ou plutôt, si : les éditeurs qui auraient quelque soupçon et les agents qui n'en ont pas encore assez n'ont qu'à se plonger dans leurs agendas.

 

S'ils découvrent des projets qui pourraient nuire, d'une manière ou d'une autre à News of the World, le journal d'où est partie toute l'affaire, alors il y a de bonnes chances

 

1/ qu'ils aient à s'inquiéter d'avoir été mis sur écoute

2/ qu'ils comprennent pourquoi et dans quelles conditions ces écoutes ont été réalisées

 

La police britannique continue son enquête dans cette histoire, qui commence à compter plus de tiroirs que prévu. L'idée reste simple : dès lors que l'histoire avait assez d'intérêt pour devenir un livre, alors elle pouvait entrer dans la ligne éditoriale de l'hebdomadaire, qui depuis a fermé, et devenir un véritable scoop bien juteux, bien people...

 

Dans cette affaire, JKL Rowling a déjà été entendue par la justice, mais l'on ignore encore si l'auteure a décidé de porter plainte. (voir notre actualitté)




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.