medias

Scandale russe : quand Trump dément, les écrivains lui tombent sur le râble

Clément Solym - 12.01.2017

Edition - International - Donald Trump Twitter - auteurs colère Trump - Russie documents Poutine


Quand la colère de Donald Trump s’exprime avec toute la virulence dont le président américain a l’habitude, c’est Twitter qui tremble. Mais depuis sa dernière saillie, tout le monde se lâche : Trump, insupportable, et le retour de flamme est venu de plusieurs écrivains, exaspérés.

 

Donald Trump

Gage Skidmore, CC BY SA 2.0

 

 

Assimiler Donald Trump à Voldemort n’est pas une nouveauté. Stephen King ne s’est jamais vraiment privé de dire ce qu’il pensait de cette élection. En somme, l’ex-candidat fait l’unanimité contre lui, depuis un bail.

 

Une nouvelle affaire a éclaté, assurant que le Kremlin disposait de dossiers délicats concernant Trump, mais également Hillary Clinton. Un mémo évoqué la veille de la conférence de presse du milliardaire, contenant 35 pages de documents largement diffusés sur la toile. On y trouverait de récits de petits scandales, comme des communications entre les équipes de Trump et l’entourage de Vladimir Poutine.

 

Évoquées également, des galipettes que le milliardaire a pu s’offrir durant des voyages à Moscou. Des choses passablement compromettantes, que les services secrets russes avaient conservées pour disposer de moyens de pression.

 

Pour l’heure, Moscou dément, et, aux États-Unis, on se renvoie la balle pour définir qui a pu laisser ce document fuiter. La CIA est mise en cause, mais se défend de toute trahison. Et bien entendu, le principal intéressé hurle sa colère :

 

 

Les romanciers présents sur le réseau ne se sont pas privés : entre plaisanteries, moqueries et autres dérives, chacun y est allé de son petit mot. Pour JK Rowling, il est évident que la défense de Trump est solide : il a écrit en majuscule. Ah, les sarcasmes...

 

 

 

Stephen King : sa nouvelle histoire d'horreur s'appelle Donald Trump 

 

D'autres se sont également lancés dans des commentaires de la conférence de presse que Trump a pu donner. Là encore, c'est un festival d'attaques en règle, avec cette réflexion de Mark Harris : « Que Dieu nous vienne en aide ! »