Scholastic retire un livre pour enfants présentant des “esclaves heureux”

Antoine Oury - 19.01.2016

Edition - Société - Scholastic éditeur - retrait livre raciste - George Washington esclaves


Le prestigieux éditeur Scholastic s'en mord encore les doigts, et pas parce qu'il reste des morceaux de gâteau dessus : A Birthday Cake for George Washington, publié le 5 janvier dernier, a été unanimement dénoncé comme un livre raciste. Et pour cause : l'ouvrage destiné à la jeunesse raconte le combat d'Afro-Américains, esclaves de George Washington, pour... lui préparer un gâteau d'anniversaire.

 

 

 

« Malgré tout le respect que nous portons pour l'intégrité et les parcours de l'auteur, de l'illustrateur et de l'éditeur, nous pensons que, sans autre contexte historique sur les atrocités de l'esclavage que ce livre pour la jeunesse peut fournir, cet ouvrage peut donner une idée erronée de la vie des esclaves, et doit par conséquent être retiré de la vente », explique l'éditeur dans un communiqué de presse.

 

L'éditeur se l'approprie, mais le scandale est évidemment venu des lecteurs et observateurs : de nouveau, on peut remarquer qu'aucun Afro-Américain, ou personne sensible au racisme ordinaire, n'a eu suffisamment de pouvoir au sein de la maison pour interroger l'éditeur sur cet ouvrage, un peu comme le cas du Jeff Bezos transformé en Vishnou en couverture de Fortune.

 

Ramin Ganeshram, auteure du livre avec l'illustratrice Vanessa Brantley-Newton, s'est défendue, en expliquant que l'ouvrage souhaitait rendre hommage à l'ingéniosité des esclaves. Sauf que la source de cette ingéniosité réside dans le fait qu'il n'y a plus de sucre dans la cuisine, pour préparer le fameux gâteau... Une note, dans le livre, précise la condition d'Hercules, le chef cuisinier mené en esclavage, et informe de son évasion, mais le propos du livre et les illustrations montrent des esclaves souriants, « heureux » même, selon certains lecteurs.

 

Une présentation qui est loin de correspondre à la réalité, assurent certains : le personnage d'Hercules s'inspire d'une figure historique, aussi connue sous les noms de Herculas ou Uncle Harkless, né et élevé comme esclave de la famille Washington. Lorsque George devient premier président des États-Unis, il fait d’Hercules son cuisinier. Ce dernier s'échappera en 1797, ce qui prouve que son quotidien n'était pas si privilégié. Quelques années plus tard, Washington acceptera d'affranchir Hercules.

 

« Scholastic s'attache depuis des années à expliquer des sujets complexes et controversés aux enfants », promet l'éditeur dans sa lettre d'excuses. La polémique est d'autant plus complexe que l'éditrice de l'ouvrage, Andrea Davis Pinkney, est Afro-Américaine, et lauréate d'un Coretta Scott King Prize pour la littérature jeunesse afro-américaine.

 

Dans sa défense, l'auteure ajoute encore : « Comment pourraient-ils être fiers de préparer un gâteau pour George Washington? Les réponses à cette question sont complexes, parce que la nature humaine est complexe. Bizarrement, oui, certains esclaves avaient une qualité de vie meilleure que d'autres, et une relation proche avec leurs esclavagistes. Mais ils sont assez malins pour profiter de ces avantages dans leur quotidien. »

 

Pas sûr qu'un éloge façon « Oncle Tom » redonne une crédibilité à l'auteure...

 

(via Time, The Guardian)