Scribd abrite des terroristes et soldats américains

Clément Solym - 06.11.2009

Edition - Société - Scribd - abriter - terroristes


L'internaute aura tout entendu au sujet de Scribd, le site de publication de textes : pirate, contrefacteur (sonnant toujours trois fois, c'est la moindre des choses), danger pour l'édition. Mais on n'avait pas encore entendu de rapprochement entre ce site et l'armée américaine. Moins encore de tentative de dévaloriser le courage des soldats.

You're in the army now !

Un certain major Nidal Malik Hasan, qui s'est engagé dans l'armée contre l'avis de ses parents, et aura finalement reçu une formation de psychiatre, a dernièrement inquiété. En effet, il n'a jamais caché ses inquiétudes à l'idée de se retrouver en Irak ou en Afghanistan. Après avoir suivi des dizaines de soldats de retour de ces emplacements, son cousin atteste : Nidal ne voulait pas être envoyé en mission. « Au quotidien, ses patients lui racontaient quelles horreurs ils avaient vu là-bas. »


Le FBI sur la piste de Scribd

En parallèle, le Federal Bureau de l'Investigation, que Mulder a laissé sens dessus dessous, est dernièrement tombé sur un texte publié par un certain Nidal Hasan. Dans un texte publié sur Scribd - nous y voilà - et intitulé Martyrdom in Islam versus suicide bombing, il compare « l'héroïsme d'un soldat qui se jette sur une grenade pour protéger ses compagnons d'armes aux kamikazes qui se sacrifient pour protéger les musulmans ». Et ça... ça ne passe pas. (Mais si le texte en question vous intéresse...)

D'autres passages sont plus fermes : « Si un attentat-suicide peut tuer 100 soldats ennemis parce qu'ils ont été pris en embuscade, cela pourrait être considéré comme une victoire stratégique. » Cependant, on ne parvient pas à faire le lien entre le major et l'écrivain. D'autant plus que, blessé au cours de la fusillade de Fort Hodd, le major a été placé en sécurité par la police.

Conversions ou homonymes

Durant son passage dans l'armée, les sollicitations pour se convertir à l'islam n'ont pas manqué rapporte son avocat, mais à aucun moment Nidal ne semble avoir accepté, malgré le harcèlement dont il était victime.

Mais c'est parce que l'on a spéculé que le major était l'auteur de ce texte que ce dernier a été consulté à plus de 4900 reprises (au moment où nous écrivons ces lignes), sans que pour autant on ne sache s'il en est l'auteur. De fait, une brève recherche a montré que six Nidal Hasan coexistaient aux États-Unis...