Seconde Nuit de la littérature dans le Marais

Claire Darfeuille - 22.05.2014

Edition - International - Ficep - Instituts culturels - Nuit de la littérature


Samedi 24 mai, le Forum des Instituts Culturels Etrangers de Paris (Ficep) propose de 17h à minuit une déambulation littéraire dans le quartier du Marais, à la rencontre d'auteurs venus de 18 pays du monde, récemment traduits en français.

 

 

 

 

Lancée à l'origine en République tchèque il y a 12 ans, l'idée d'une Nuit de la littérature a rapidement été reprise partout en Europe. En France, la première édition a rassemblé l'an passé 2 200 spectateurs dans le quartier Saint-Germain-des-Prés, sous la houlette du Forum des Instituts Culturels Etrangers de Paris. Association unique au monde, le Ficep rassemble 51 centres culturels installés à Paris (voir la carte), de l'Amérique du Sud en passant par l'Europe, l'Asie, la Russie, l'Extrême et le Moyen Orient.

Le Brésil, la Turquie et le Liban compteraient parmi les prochains adhérents.

 

Lectures en français par des comédiens, les auteurs ou leurs traducteurs

 

Les 18 lectures d'auteurs étrangers de la Nuit de la littérature se déroulent dans les instituts culturels, mais sont aussi accueillies dans des librairies, galeries d'art, bibliothèques, cafés, boutiques ou autres endroits typiques du quartier. Des comédiens prêtent leurs voix à ces extraits de romans, nouvelles ou poésie, récemment traduits en français, parfois ce sont les auteurs eux-mêmes ou encore leurs traducteurs qui lisent les textes. Lors des rencontres, un interprète assure la traduction pour permettre un échange vivant entre le public et les auteurs.

 

Les lectures organisées par le Ficep sont aussi une occasion de découvrir quelques joyaux du Marais, tel que l'institut suédois, installé dans l'hôtel de Marle (fin du XVIe siècle). Aussi appelé Institut Tessin, il est  l'unique centre culturel que possède la Suède à l'étranger. Des extraits de Qu'a-t-elle vu, la femme de Loth ? de l'auteure grecque Ioànna Bourazopoùlou seront lus dans ce cadre magnifique par son traducteur Michel Volkovitch, également directeur de la revue Translittérature.

 

La bibliothèque Forney, abritée dans l'hôtel de Sens, vestige de l'architecture civile médiévale de Paris, invite Katrina Kalda, écrivain d'origine estonienne, auteure de L'arithmétique des dieux, dont des extraits seront interprétés par la comédienne Émilie Beauvais. La Maison Victor Hugo, place des Vosges, reçoit Zaza Buchuladze, auteur de L'Ange gonflable, traduit par Tamara Kubaneishvili et lu par le comédien George Babluani. L'hôtel de Soubise, qui abrite une partie des archives nationales, accueille de son côté l'auteur kurde de langue française Fawaz Hussain, également traducteur de grands textes français en kurde, qui lira lui-même des extraits de son roman La prophétie d'Abouna.

 

Les lectures commencent à chaque début d'heure, entre 17h et 23h, dans chaque lieu. Elles durent une vingtaine de minutes, suivies par un échange avec l'auteur ou son traducteur. Une pause est prévue entre 20h et 21h pour se restaurer. Le programme complet de la soirée est téléchargeable ici et les prochaines manifestations organisées par le Ficep sont en ligne sur leur site.

 

La prochaine édition devrait encore changer de quartier l'an prochain, avec l'objectif à plus long terme d'aller vers les périphéries, une fois le public rendu fidèle à cette Nuit de la littérature venue d'ailleurs.